Sublime film en tous points magnifique:

Festival de Berlin 2013 : Prix du Public Panorama et Label Europa Cinemas

Si vous êtes allergiques au mélo et à la musique country : passez votre chemin.
Dans le cas contraire, courez voir ce film unique au monde car plus personne n'ose à ce point empoigner et réussir un grand mélo des familles, à vous broyer le coeur et à vous rincer de toutes vos larmes.

Comme beaucoup de gens sur terre, Elise et Didier ne demandent rien à personne et surtout ne cherchent pas à faire de vague. Vivre heureux, pas forcément cachés puisqu'ils donnent des concerts, et vivre tout court. Aimer leur famille, leurs amis. Point. Mais la vie se charge de leur démontrer quelle pute elle est, à quel point elle donne l'impression que tout peut nous être offert puis repris sans sommation comme une punition en toute injustice. 

 

Mélo implacable porté par un trio d'acteurs naturels, évidents, harmonieux, inoubliables, Alabama Monroe est une surprise, un choc.

 

 Photo

Didier et Élise vivent une histoire d'amour passionnée et rythmée par la musique. Lui, joue du banjo dans un groupe de Bluegrass Country et vénère l'Amérique. Elle, tient un salon de tatouage et chante dans le groupe de Didier. De leur union fusionnelle naît une fille, Maybelle... 

Alabama Monroe est adapté d’une pièce de théâtre (The Broken circle breakdown featuring the Cover-Ups of Alabama, c'est vrai qu' ils auraient pu trouver un nom plus court), pièce qui a connu un assez bon succès en Belgique, l'histoire est donc la même que dans le film, à une exception prêt.


Au lieu de construire son histoire de façon linéaire, le réalisateur a décidé de la déconstruire, une déconstruction qui en apparence est désordonnée, car on passe d’une époque à l’autre, mais n'aillez crainte le réalisateur ne cherche pas à nous embrouiller, car l'histoire est relativement simple à reconstituer.


Cette déconstruction de la part du réalisateur permet de ne pas dévoiler immédiatement toute l'intrigue et rend donc l'histoire plus intense, une intensité du à l'alternance des séquences de joie et de tristesse.


Le cinéma et la musique sont indissociables, ici on a à faire à un savant mélange des deux, un mélange harmonieux qui apporte énormément à cette oeuvre.


En ce qui concerne l'interprétation, Alabama Monroe est porté par des acteurs formidables, à l'image des deux acteurs phares du film, la ravissante Veerle Baetens et le joueur de banjo d'un groupe de Bluegrass, Johan Heldenbergh.
Le film est nommé pour représenter la Belgique aux Oscars 2014 dans la catégorie meilleur film en langue étrangère, on lui souhaite de le remporter.


Avec Alabama Monroe Felix van Groeningen frappe fort, un film à l'émotion si intense qu'il est difficile dans ressortir indemne.

Il est rare qu’un film sache faire d’une chanson populaire à la fois la rampe de lancement et le carburant d’un récit qui pourtant ne l’illustre en rien, voire le défie ouvertement. Véritable hymne de la musique country, Will the Circke Be Unbroken, chant religieux aux paroles plutôt niaises, devient comme tant d’autres chargé d’une puissance d’émotion surprenante grâce à de multiples interprétations inspirées, dont le sommet est celle qui donne son titre à l’album d’anthologie du Nitty Gritty Dirt Band dans la version enregistrée par Maybelle Carter, Earl Scruggs, Doc Watson, Merle Travis…, sorte de dreamteam de genre. Aux vertus musicales et de pures sensations se mêlent l’ambivalence des paroles du refrain, le « cercle » pouvant à la fois se référer à la famille, dont on déplore qu’elle soit rompue, à l’union dans la communauté religieuse et avec Dieu, dont espère au contraire qu’elle soit maintenue, à des formes d’enfermements qu’il s’agit de briser et à des formes de solidarité qu’il faudrait maintenir, la question devenant alors à la fois espoir et crainte. Et c’est exactement ce que fabrique le film de Felix Van Groeningen, film dont le titre original, The Broken Circle Breakdown, renvoyait directement à cette chanson qui ouvre la projection, et qui reviendra à plusieurs reprises, riche de son énergie émotionnelle et de la multiplicité de ses sens.

Elle est, au début, interprétée sur la scène d’un bistrot par une bande de belges barbus, en tête desquels une sorte de hippie flamand au banjo, leader d’un groupe de bluegrass de la région de Gand. Dans le public se trouve une créature on ne peut plus remarquables, ne serait-ce que par les multiples et spectaculaires tatouages qui ornent ses charmes aussi nombreux que naturels. Didier et Elise s’aimeront, chanteront ensemble, auront une petite fille, et puis la petite fille sera malade, très malade. Alabama Monroe est un film musical, Alabama est un mélodrame, Alabama Monroe est une méditation sur la fatalité et la croyance, Alabama Monroe est un pamphlet, contre les blocages réactionnaires qui empêchent de poser les questions dans les bons termes – par exemple sur la question, vitale pour tant de gens, des cellules souches –  contre aussi ce que le réalisateur appelait dans son précédent film La Merditude des choses, vaste programme en effet.

Programme oui, et c’est évidemment la limite d’un film dont on voit toujours fonctionner les mécanismes. Mais programme qui a le mérite d’une réelle complexité dans ses enjeux, et d’une belle énergie dans sa mise en œuvre. Celles-ci naissent de l’habileté dans l’organisation du récit, composé par glissements et déplacements dans le temps, et de la sensation de présence, essentiellement due aux deux acteurs principaux, Johan Heldenbergh (également auteur de la pièce dont le film est inspiré) et Veerle Baetens, et à la musique. Ce bluegrass ferme sur les principes, transposé avec naturel des Appalaches aux plaines d’une Belgique populaire, terrienne, elle aussi composite avec la présence très sensible de la nature, de la terre, en même temps que de misères ou d’inégalités pour certaines immémoriales et d’autres très contemporaines, comme l’est l’inscription dans le début du 21e siècle.

L’usage de la musique, de cette musique-là, immédiatement partageable et pourtant venue d’un autre temps et d’une autre partie du monde, est décisif pour donner une respiration au film. Qu’ils soient interprétés en scène, joués entre amis, utilisés comme commentaire ou employés comme « musique de film », les morceaux de Bluegrass ajoutent une étrangeté (à laquelle font écho, dans un registre tout différent, les tatouages d’Elise) qu’ils n’auraient pas si le film se passait aux Etats-Unis, et qui permettent à Alabama Monroe de rester en mouvement.

tumblr_n11rgifSpM1s4j88qo1_1280