Atlantico : Le débat sur la pénalisation du client de prostitué(e)s est relancé. Mais face à une prostitution qui prend aujourd'hui des formes multiples, peut-on être certain que cette option est la plus efficace pour lutter contre le trafic d'êtres humains ? Quels sont les résultats concrets, mais aussi les limites d'un tel choix ? 

Françoise Gil : C’est une option qui n’arrangera strictement rien, qui n’aidera aucune femme prise dans ces réseaux, qui les mettra même à mal, de même que les personnes libres qui se prostituent volontairement. C’est une posture uniquement idéologique, qui vient du Mouvement du Nid et de plusieurs groupes féministes au sein du PS qui ne tiennent absolument pas compte des réalités du terrain. C’est donc une bêtise monumentale et on se trompe d’ennemi : ce n’est pas le client qu’il faut viser, ce sont les réseaux. Il faut donner beaucoup plus de moyens aux policiers pour traquer ces derniers et démanteler encore plus de réseaux.    

Les défenseurs de cette mesure montrent souvent l’exemple suédois. Nous sommes en liaison avec une association de Stockholm, Rose Alliance, qui nous décrit sur place une situation catastrophique, qui donne exactement les mêmes résultats qu’en France lorsque l'on a réprimé le racolage en 2003 : les femmes vivent dans un stress énorme, sont plus vulnérables, plus dans la clandestinité, moins accessibles aux services de santé. On sait que c’est ce qui va se passer là si cette loi est votée.

La pénalisation du client, rendant pour ce dernier l'accès aux prostitué(e)s plus dangereux va donc contribuer à une opacité encore plus grande de la prostitution ? Si les prostitué(e)s sont moins visibles, ce sera un risque supplémentaire pour elles ?  

On a déjà vu en France depuis 2003 des proxénètes qui ont proposé à des femmes de les payer pour pouvoir travailler dans les bois. Des jeunes femmes, déjà très vulnérables, qui sont parfois dans des réseaux, se sont retrouvées dans la forêt de Saint-Germain-en-Laye par exemple, et mettent un petit sac plastique au bord de la route pour signaler leur présence, et sont dans cette situation à la merci de n’importe quel agresseur.

Pourquoi la pénalisation du client a-t-elle aujourd'hui le vent en poupe parmi les décideurs politiques ? Est-ce par pragmatisme ou pour renvoyer politiquement une image de fermeté éloignée des besoins du terrain ?

Il y a au gouvernement un lobby féministe – du moins de certaines féministes – qui imposent une approche radicale, on dirait presque qu’elles en veulent aux hommes, alors qu’il y a de tout chez les clients, y compris des hommes respectables et respectueux. En fréquentant les parlementaires, j’ai vu l’action du Mouvement du Nid et son discours, très reconnaissable : ce sont les seuls qui parlent de "système prostitutionnel", de "clients prostitueurs"… Beaucoup de parlementaires reprennent ces termes, preuve que ce lobby est puissant et qu’il a réussi à convaincre des députés qui ne connaissaient pas la question. C’est un lobby qui n’accepte pas d’entendre qu’il existe une pratique libre de la prostitution, ou qui estime que cette dernière étant minoritaire, elle doit se sacrifier "pour le bien de tous". De quel droit peut-on demander à un groupe social de se sacrifier ?

Quels peuvent être les autres moyens, plus efficaces, de lutter contre la prostitution de réseaux ? 

Il faut donner plus de moyens à l’OCRTEH – l’Office central pour la répression de la traite des êtres humains – où ils ne sont que trente policiers pour toute la France, ce qui est ridicule face à l’ampleur des défis. Il faudrait aussi que les États s’entendent au niveau européen pour lutter contre les réseaux et éviter la mobilité constante dans les pays d’Europe de ces filles qui changent régulièrement de lieu de prostitution, en étant déplacées comme des objets. En tout cas, Manuel Valls ayant annoncé une augmentation des moyens alloués à l’OCRTEH, espérons que cela se fasse et que l’on s’en prenne réellement aux réseaux. 

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/partisans-penalisation-prostitution-se-trompent-en-pensant-que-c-est-bon-moyen-lutter-contre-trafic-etres-humains-preuve-experie-911952.html#fa3hOvGo6gu08PDD.99

Le débat sur la pénalisation du client de prostitué(e)s est relancé. Mais face à une prostitution qui prend aujourd'hui des formes multiples, peut-on être certain que cette option est la plus efficace pour lutter contre le trafic d'êtres humains ? Quels sont les résultats concrets, mais aussi les limites d'un tel choix ? 

Françoise Gil : C’est une option qui n’arrangera strictement rien, qui n’aidera aucune femme prise dans ces réseaux, qui les mettra même à mal, de même que les personnes libres qui se prostituent volontairement. C’est une posture uniquement idéologique, qui vient du Mouvement du Nid et de plusieurs groupes féministes au sein du PS qui ne tiennent absolument pas compte des réalités du terrain. C’est donc une bêtise monumentale et on se trompe d’ennemi : ce n’est pas le client qu’il faut viser, ce sont les réseaux. Il faut donner beaucoup plus de moyens aux policiers pour traquer ces derniers et démanteler encore plus de réseaux.    

Les défenseurs de cette mesure montrent souvent l’exemple suédois. Nous sommes en liaison avec une association de Stockholm, Rose Alliance, qui nous décrit sur place une situation catastrophique, qui donne exactement les mêmes résultats qu’en France lorsque l'on a réprimé le racolage en 2003 : les femmes vivent dans un stress énorme, sont plus vulnérables, plus dans la clandestinité, moins accessibles aux services de santé. On sait que c’est ce qui va se passer là si cette loi est votée.

La pénalisation du client, rendant pour ce dernier l'accès aux prostitué(e)s plus dangereux va donc contribuer à une opacité encore plus grande de la prostitution ? Si les prostitué(e)s sont moins visibles, ce sera un risque supplémentaire pour elles ?  

On a déjà vu en France depuis 2003 des proxénètes qui ont proposé à des femmes de les payer pour pouvoir travailler dans les bois. Des jeunes femmes, déjà très vulnérables, qui sont parfois dans des réseaux, se sont retrouvées dans la forêt de Saint-Germain-en-Laye par exemple, et mettent un petit sac plastique au bord de la route pour signaler leur présence, et sont dans cette situation à la merci de n’importe quel agresseur.

Pourquoi la pénalisation du client a-t-elle aujourd'hui le vent en poupe parmi les décideurs politiques ? Est-ce par pragmatisme ou pour renvoyer politiquement une image de fermeté éloignée des besoins du terrain ?

Il y a au gouvernement un lobby féministe – du moins de certaines féministes – qui imposent une approche radicale, on dirait presque qu’elles en veulent aux hommes, alors qu’il y a de tout chez les clients, y compris des hommes respectables et respectueux. En fréquentant les parlementaires, j’ai vu l’action du Mouvement du Nid et son discours, très reconnaissable : ce sont les seuls qui parlent de "système prostitutionnel", de "clients prostitueurs"… Beaucoup de parlementaires reprennent ces termes, preuve que ce lobby est puissant et qu’il a réussi à convaincre des députés qui ne connaissaient pas la question. C’est un lobby qui n’accepte pas d’entendre qu’il existe une pratique libre de la prostitution, ou qui estime que cette dernière étant minoritaire, elle doit se sacrifier "pour le bien de tous". De quel droit peut-on demander à un groupe social de se sacrifier ?

Quels peuvent être les autres moyens, plus efficaces, de lutter contre la prostitution de réseaux ? 

Il faut donner plus de moyens à l’OCRTEH – l’Office central pour la répression de la traite des êtres humains – où ils ne sont que trente policiers pour toute la France, ce qui est ridicule face à l’ampleur des défis. Il faudrait aussi que les États s’entendent au niveau européen pour lutter contre les réseaux et éviter la mobilité constante dans les pays d’Europe de ces filles qui changent régulièrement de lieu de prostitution, en étant déplacées comme des objets. En tout cas, Manuel Valls ayant annoncé une augmentation des moyens alloués à l’OCRTEH, espérons que cela se fasse et que l’on s’en prenne réellement aux réseaux. 

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/partisans-penalisation-prostitution-se-trompent-en-pensant-que-c-est-bon-moyen-lutter-contre-trafic-etres-humains-preuve-experie-911952.html#fa3hOvGo6gu08PDD.99

Chômage : bidouiller les statistiques ne créé pas d’emplois réels

essentiel_est_ici

On ne va même pas perdre notre temps à voir comment ils dissimulent l’ampleur du chômage : il faudrait comptabiliser toutes les radiations de Pôle emploi ; comptabiliser aussi tous les “emplois aidés” payés par le contribuable ; comptabiliser toutes les “catégories” qui servent à découper le saucisson du chômage en plus petites rondelles que l’opinion puis savaler … Tout cela ne mène nulle part et d’ailleurs plus personne n’est dupe des “baisses” annoncées.

PIAULE_EMPLOI2-b230e

Les gens savent bien que les emplois “aidés” tomberont quand ils ne seront plus aidés justement. Mais les politiques, eux, doivent tenir jusqu’aux élections, alors laisser croire que le chômage baisse, c’est toujours ça de pris…  Hollande a n’importe comment déjà laissé entendre que “l’inversion des courbes” interviendrait plus tard… Comme le retour de la croissance : plus tard. Ou la pause fiscale : plus tard. Depuis plus d’un an, le Gouvernement a fait exactement l’inverse de ce qu’il aurait fallu faire pour créer de vrais emplois. Il récoltera ce qu’il a semé : il a semé du vent, il récoltera donc la tempête. Il n’y a rien à ajouter : l’image en haut suffit.

chomage_et-hop

- Pourquoi il ne fallait pas qu’Hollande ”inverse les courbes” !
- Chômage : je prends ma calculette et je vous explique !
- Depuis un an le Gouvernement a tout faux !
- pourquoi c’est très mal barré pour l’emploi des jeunes !

switchie5

Explosion-chomage-2013-petit

Voir aussi :vrais-chiffres-chomage-octobre 2013

bug-pole-emploi-humour-dessin