Et si les gens étaient faits pour s’aimer ?

tetiereProstitutionRue89Lyon1

Si l’amour, LE grand amour, celui sur lequel on bâtit une vie n’était pas la seule et unique façon d’aimer. Si on pouvait aimer de façon plus légère mais tout aussi sincère ?

Je suis convaincue que de vraies rencontres amoureuses peuvent se produire, même de façon éphémères et uniques, je le sais, je l’ai vécu.

Je ressentais l’amour au plus profond de moi , un amour sans objectif précis, simplement quelque chose qui me remplit , me remplit de bonheur, de douceur .

Pas l’amour d’une personne, ni celui de ma mère, ni celui de mon père, ni même celui d’un homme.

Non, un sentiment bien plus fort que cela, bien plus universel, plus global .

Quelque chose qui me baigne, me submerge, m’émeut , me trouble ….

Et cette envie que j’ai parfois, de donner, de partager, d’aimer, d’envelopper l’autre de douceur, de tendresse, le remplir à son tour de cet amour que je ne saurais garder que pour moi .

Je restais ainsi plusieurs années aux aguets, croisant des regards, des sourires, à la recherche permanente d’un regard qui s’attarde, une curiosité soudaine pour l’autre, cet autre possible.

Dans chacun, dans chacune, je recherchais malgré moi un accord, un possible …. ce qui restait un lointain fantasme, un secret enfoui, allait peu à peu prendre vie.

Ainsi pendant très longtemps, dans chaque sourire dans chaque regard complice, j’espérais ou du moins me demandais : et si ….

Quel genre d’amants pourrions nous être. ? De quelle façon cet homme m ’étreindrait-il ? Serait-il tendre, maladroit, timide ? Passionné ?

Et celui là ? M’aimerait-il ? Serait-il charmé ? Comprendrait-il mon désir, mes attentes, serait-il le complice espéré ?

Je mettais ainsi pendant des années sur des personnes à peine devinées mes fantasmes les plus fous, de volupté de tendresse, de don, de douceur ….

Je rêvais de les découvrir , de les aimer, de les combler, de parfaire dans leurs bras mon rêve de perfection, de passion, d’amour ….

Et puis cet amour, qui me remplissait, m’éblouissait, a commencé à me faire souffrir, le besoin impérieux se faisait sentir, d’aimer plus concrètement, de découvrir de nouvelles sensations, mon époux qui jusque là avait incarné tous mes rêves ne me suffisait plus .

Lui donner tout mon amour, toute ma tendresse, ne m’apaisait plus, le besoin se faisait impérieux, de me confronter à d’autres regards, à d’autres désirs .

Donner plus, prendre plus aussi …..

Le premier sur qui je jetais mon dévolu était aussi le plus proche, le plus évident, un amour depuis longtemps apaisé, éteint, du moins le croyais.

Mon ami de trente an, amour de jeunesse, toujours aussi troublant et troublé par mon regard et mon désir à peine dissimulé.

Mais pour quiconque est un tant soi peu raisonné et terre à terre, mon étrange amour était des plus inquiétant.

L’échec fut un tel déchirement, une douleur à peine supportable, je perdis pied quelques temps.

Je restais plusieurs semaines dans une espèce d’épais brouillard, anéantie, perdue, vide …. et cette douleur qui ne me laissait jamais …. la vie était insupportable.

Et puis un jour, cette petite dame blonde qui souriait au journaliste, fière d’elle, pleine de vie, pleine d’énergie, et d’envie . Trente ans qu’elle tapinait , elle faisait preuve de tellement d’humanité , de bonté, cela a trouvé étrange écho en moi .

J’ai admiré cette femme, j’ai admiré son courage, sa détermination .

Et j’ai trouvé dans son exemple une solution à plusieurs de mes problèmes.

Évidement j’allais enfin voir la fin de mes soucis financiers, mais surtout j’allais pouvoir donner tant de choses .

Aujourd’hui comme avant, je suis aux aguets des regard, des sourires, des êtres mais je ne me pose plus autant de questions.

Les hommes se succèdent, dans mes bras, dans mes draps .

Je n’essaie plus de deviner quels amants ils seraient, je le sais .

Chaque homme est un nouveau territoire à conquérir, à découvrir , à aimer, à combler...languesdeputes

par Aline

131127-prostitution-penalisation-chimulus