554480_474100912646924_1887999671_n
 
"Rien n'arrête une idée dont le temps est venu." Victor Hugo
 
12335_564158726974475_1228369386_n

L'article 123 du Traité de Lisbonne est une arme silencieuse qui oblige les États à emprunter auprès des marchés financiers moyennant intérêts. Chaque minute, les intérêts de la dette publique de la France coûtent 106 000 €, soit plus de 156 millions par jour !
 À LIRE ET À PARTAGER SANS MODÉRATION !

9483_472033682853647_1026002023_n

 

Peuples d'Europe, Jeunes et vieux, riches et pauvres, rasés ou barbus, cigales ou fourmis, ce message s’adresse à Tous et nous concerne Tous !
19021_478070235583325_1741780561_n
 
L’article 123 du Traité de Lisbonne précise que TOUS les États membres de la Communauté européenne n’ont plus le droit d’emprunter auprès de leur banque centrale. Ils sont dorénavant dans l’obligation d’emprunter auprès des marchés financiers, moyennant des intérêts.
485909_473284799395202_726826849_n
 
Le simple remboursement de ces intérêts représente le deuxième poste de dépenses du budget de la France et nous coûte aujourd’hui 89 000 € par minute (soit 83% des impôts sur le revenu ou 17% des recettes totales du pays). Descendant de la loi Pompidou-Giscard de 1973 et de l’article 104 du Traité de Maastricht, cet article est à l’origine de l’endettement et des sommes faramineuses engagées par l’état pour le remboursement d’une dette qui ne devrait pas exister.
 
823_469178386472510_1886250872_n

 

Les responsables de cette folie ? C’est NOUS, car nous avons laissé les hommes au pouvoir écrire les règles du pouvoir. Nous constatons aujourd’hui les conséquences de cette négligence, qui incarnent la cause majeure des différents maux de notre société moderne (lois monétaires, lois sur la protection de l’environnement, lois sur les OGM…).
29602_474101652646850_1707627928_n

 

Il est temps d’arrêter ce massacre. Une campagne d’information et de dénonciation massive sur l’article 123 du Traité de Lisbonne est une question vitale. Nous sommes TOUS affectés par les effets néfastes de cette loi crapuleuse et il est temps de s’interroger sur la légitimité de cet article.
 
72864_474101125980236_879554270_n

 

Comment ? Puisque la vérité sort de la télé, il est impératif d’amener ce message sur le devant de la scène médiatique. Utilisons la machine médiatique à son insu pour dénoncer l’article 123 du Traité de Lisbonne en organisant des rassemblements ou événements partout en France et en Europe avec une seule et unique revendication : « ART. 123 LISBON ».
185386_463411947049154_1581636752_n

 

Ces mots innocents mis bouts à bouts dans une barre de recherche deviennent assassins pour les vrais coupables. Et dans ce contexte, l’article 123 devient une arme et c’est NOTRE ARME ! Grâce à une campagne de dénonciation massive, nous pouvons inciter un maximum de citoyens à effectuer cette recherche et à réaliser l’arnaque du siècle.
62614_515987388458276_1381306612_n

 

 

Une fois majoritaire, l’abrogation de cet article assassin deviendra une volonté commune. Mais l'Article 123 n'est que la première étape. Il s'agit bien ensuite de réaliser l’importance et l’indispensabilité d’un ARBITRAGE CITOYEN sur les pouvoirs en place (Référendum d’initiative populaire et Tirage au sort d’une assemblée constituante).
 
482785_509939269063088_2052472077_n

Rejoignez nous sur Facebook "Art. 123 Lisbon" et n'hésitez pas à partager cette page sans modération !
https://www.facebook

Photo : Utiliser cette image et changer votre photo de profil pour dénoncer cet article assassin !
À LIRE ET À PARTAGER SANS MODÉRATION !
Peuples d'Europe,
Jeunes et vieux, riches et pauvres, rasés ou barbus, cigales ou fourmis, ce message s’adresse à Tous et nous concerne Tous !
L’article 123 du Traité de Lisbonne précise que TOUS les États membres de la Communauté européenne n’ont plus le droit d’emprunter auprès de leur banque centrale. Ils sont dorénavant dans l’obligation d’emprunter auprès des marchés financiers, moyennant des intérêts.
Le simple remboursement de ces intérêts représente le deuxième poste de dépenses du budget de la France et nous coûte aujourd’hui 89 000 € par minute (soit 83% des impôts sur le revenu ou 17% des recettes totales du pays). Descendant de la loi Pompidou-Giscard de 1973 et de l’article 104 du Traité de Maastricht, cet article est à l’origine de l’endettement et des sommes faramineuses engagées par l’état pour le remboursement d’une dette qui ne devrait pas exister.
Les responsables de cette folie ?
C’est NOUS, car nous avons laissé les hommes au pouvoir écrire les règles du pouvoir. Nous constatons aujourd’hui les conséquences de cette négligence, qui incarnent la cause majeure des différents maux de notre société moderne (lois monétaires, lois sur la protection de l’environnement, lois sur les OGM…).
Il est temps d’arrêter ce massacre.
Une campagne d’information et de dénonciation massive sur l’article 123 du Traité de Lisbonne est une question vitale. Nous sommes TOUS affectés par les effets néfastes de cette loi crapuleuse et il est temps de s’interroger sur la légitimité de cet article.
Comment ?
Puisque la vérité sort de la télé, il est impératif d’amener ce message sur le devant de la scène médiatique. Utilisons la machine médiatique à son insu pour dénoncer l’article 123 du Traité de Lisbonne en organisant des rassemblements ou événements partout en France et en Europe avec une seule et unique revendication : « ART. 123 LISBON ».
Ces mots innocents mis bouts à bouts dans une barre de recherche deviennent assassins pour les vrais coupables. Et dans ce contexte, l’article 123 devient une arme et c’est NOTRE ARME ! Grâce à une campagne de dénonciation massive, nous pouvons inciter un maximum de citoyens à effectuer cette recherche et à réaliser l’arnaque du siècle.
Une fois majoritaire, l’abrogation de cet article assassin deviendra une volonté commune. Mais l'Article 123 n'est que la première étape. Il s'agit bien ensuite de réaliser l’importance et l’indispensabilité d’un ARBITRAGE CITOYEN sur les pouvoirs en place (Référendum d’initiative populaire et Tirage au sort d’une assemblée constituante).
Rejoignez nous sur Facebook