Où il est encore question de Bolloré

La Nouvelle République avait publié jeudi matin un article titré « Comment Benetton et Bolloré ont kidnappé Ecomouv ». Il a disparu du site du quotidien dans l’après-midi. Rue89 l’a retrouvé et publie le passage qui a fait tiquer Bolloré et ses avocats.

« L’écotaxe, c’est un vrai roman politico-financier. Dès le départ, en 2009, Benetton et Bolloré, mais aussi Goldman Sachs, qui font main basse sur les affaires en Europe, vont tenter leur chance via Autostrade per l’Italia (un exploitant italien d’autoroutes), dont ils sont les principaux actionnaires. Avec Autostrade, ils emportent l’appel d’offres de ce marché de près de 2 milliards d’euros sur treize ans qui doit permettre à l’État français d’encaisser un peu plus d’1 milliard de recettes. “ On pouvait déjà s’inquiéter de cette différence entre le montant du marché et celui des recettes fiscales ”, note notre informateur.

La légitimité d’Autostrade est contestée par le juge administratif en 2011, suite à un recours de la Sanef, qui a perdu l’appel d’offre. L’italien se marie alors avec d’autres actionnaires (SFR, SNCF, Steria et Thalès), qui resteront minoritaires, pour créer Ecomouv’.»

Petit graphique pour se repérer dans ce grand bordel :

...« Stupéfaction » du groupe Bolloré

Visiblement, Bolloré n’a pas trop envie que la presse insiste là-dessus. A noter que Ecomouv’ a également pour actionnaire SFR, filiale de Vivendi, un groupe dont Bolloré est l’actionnaire à 5% et le vice-président du conseil de surveillance.

Dans son droit de réponse, le groupe Bolloré fait part de sa « stupéfaction » à la lecture de l’article. Il souligne qu’il n’a jamais soumissionné à l’appel d’offres lancé en mars 2009 par l’Etat français pour la perception de l’écotaxe spécifique aux poids lourds (ce que ne dit pas l’article) et qu’il n’est nullement actionnaire de la société italienne Autostrade.

Il juge enfin le titre « équivoque et volontairement blessant et diffamatoire » et a confié à Maître Olivier Baratelli, son avocat, le soin de poursuivre le journal en diffamation et en publication de fausses nouvelles « quiconque reprendrait ou diffuserait de telles fausses mentions ».

Source

Selon Mediapart, l'écotaxe favorisera les sociétés privées d'autoroutes et pénalisera les transporteurs locaux

Ecotaxe et autoroutes    

Un "contrat insensé" souscrit "au détriment des intérêts de l'État". C'est en ces termes que le site d'information Mediapart a qualifié le contrat signé entre l'Etat et la société Ecomouv dans le cadre du partenariat public-privé pour la mise en place et la gestion de

l'écotaxe poids lourd.
Dans un article très fouillé, indiquant de manière chronologique les péripéties de l'appel d'offre, Mediapart rappelle les clauses avantageuses du contrat (18 millions d'euros de loyer versés par l'Etat, 800 millions d'euros en cas d'annulation de l'écotaxe) sans que la société n'ait eu de contreparties alors que les retards dans la mise en place du système est manifeste.     

Mediapart
yartiEcomouv04