8 milliards d’euros pour un spot de publicité de l’Union européenne

Le mécréant que je suis et qui ne crois pas à l’union des républiques bureaucratiques européennes prend note des 8 milliards d’euros alloués par le conseil de l’Europe en vue de lutter contre le chômage des jeunes. Décomposés en 6 milliards sur deux ans plus 2 supplémentaires pouvant être débloqués au cours des sept années de l’exercice budgétaire qui vient d’être décidé par les pays membres. Dans la presse nationale on peut lire que 600 millions d’euros seront reçus par la France au titre du soutien à l’emploi des jeunes et que cette mesure concernerait 300 000 jeunes. Faites le calcul, cela fait 2000 euros par bénéficiaire des aides européennes ce qui représente, charges comprise, guère plus qu’un mois de salaire au Smic.

17672_328988500546376_1141242641_n

Cette annonce ressemble à un coup de pub ; traduire, une propagande pour donner une image positive de l’Europe, un peu comme ces banques qui se vantent de financer des projets coopératifs. Ces 8 milliards, l’Europe ne les crée pas car c’est l’argent des États membres et donc des contribuables européens. L’argent public des États membres est versé sur le compte commun européen qui le redistribue aux États membres (amputé des frais bureaucratiques). Quelle est alors la morale de cette histoire ? On nous prend pour des cons. Et c’est mérité, car nous sommes des cons. Les 8 milliards pour les jeunes, ça ressemble à la politique agricole commune. Soyez rassurés les jeunes, l’UE s’occupe de vous comme du bétail européen. N’occultons pas le fait qu’un spot publicitaire suppose que les médias vendent à bon prix leur temps d’antenne pour le diffuser. Mais s’agissant de l’Europe, c’est cadeau. Les journalistes des médias de masse relaient l’information sans rechigner ni critiquer. C’est génial, l’Europe agit pour le social et les jeunes et François Hollande peut se féliciter, lui en premier parce qu’il incarne la fibre sociale et l’Europe toute entière, avec Barroso et van Rompuy présents face aux caméras tel des émirs du Qatar annonçant les nouvelles recrues du PSG.

La propagande européenne se porte bien. L’analyste attentif se dit que l’Europe avec sa bureaucratie se tire une balle dans le pied en finissant par emprunter toutes les tares de l’ancienne union soviétique. Les Etats-Unis peuvent se réjouir. L’Europe est un colosse programmé pour se planter. Nous n’y pouvons rien. Les médias de masse sont aussi influents que la Pravda et les citoyens européens sont devenus des ânes sans oublier les notables européens qui profitent bien des mannes communautaires. Les dirigeants européens ont bien compris la nécessité de la propagande sociale mais le chômage ira grandissant, aides européennes ou pas. Alors la révolte ira en croissant. La police aussi. L’essentiel à retenir étant que les dirigeants européens se sentent en difficulté face à la montée du chômage, surtout chez les jeunes, population à risque puisqu’elle est la plus encline à se révolter. On comprend bien cette opération de communication sur les 8 milliards d’euros pour donner une image d’une Europe qui veut jouer le super Etat providence mais qui n’en a plus les moyens. Une Europe qui n’a aucune voie à proposer, aucun dessein de civilisation, juste une intention d’être un espace économique performant dans le marché planétaire. Cette Europe, elle ne mérite pas d’être honorée ni louée. Les mécréants européens sont justifiés.

par Bernard Dugué (son site)

 

Crise en France : ce que dit Bruxelles