dignite_humaine

Davos 2013: Que reste-il du forum économique mondial ?

"Il ne faut y voir rien de plus qu'une machine à café mondiale où des gens se rencontrent, bavardent, se serrent la main, échangent des tuyaux et s'en vont", a estimé l'écrivain. Selon l'ancien conseiller de François Mitterrand, "les gens se rencontrent là-bas pour coordonner leurs agendas, planifier des rencontres ou faire du réseautage". "Davos est surtout une opération commerciale, très efficace et très réussie, où il faut payer pour participer et les places sont très chères", a-t-il ajouté, précisant cependant saluer "le génie" de son fondateur Klaus Schwab.

Klaus Schwab, parlons-en. Cet Allemand de 74 ans est le grand apôtre du Forum de Davos, censé porter le débat sur les problèmes les plus urgents de la planète, y compris dans les domaines de la santé et de l'environnement. À l'aube de l'édition 2010, le fondateur concédait: "J’ai créé le forum il y quarante ans pour que les PDG rencontrent la société civile, mais au fil des ans leurs politiques de rémunérations ont plutôt  rapproché les PDG des actionnaires." Si même son président n'y croit plus...

Selon Sergio Rossi, professeur d'économie à l'université de Fribourg, "le forum est du show-business sans aucun effet pratique pour la solution des problèmes d’ordre macroéconomique qui frappent notre planète. Mais ils figurent néanmoins sur toutes les brochures du WEF", indique-t-il dans le journal suisse L'Hebdo.

Le HuffPost | Par Grégory Raymond

banksters2013

On y retrouve les malfaiteurs de la planète (présidents de multinationales, de banques, de banques centrales et d'organisations supranationales comme l'OMC et le FMI) et leur complices politiques et médiatiques des différents pays...

La grande messe néo-libérale du gratin financier économique et politique a commencé à Davos, sous la houlette de Klaus Schwab, comme d'hab.

Kenia___Bella_Zanesco3

Davos 2013 en images

Mike Duke, PDG de Wall Mart, leader mondial de la grande distribution. Les employés de ses supermarchés reçoivent des salaires de misère qui ne permettent même pas de se payer un logement et de se nourrir suffisamment.

MikeDuke

419335_10200634697687533_66833011_n2

386979_474643522595223_770188885_n

On se doutait qu'il serait là et il était bien là, Mario Draghi, le maitre de la planche à billet au service des banques, président de la BCE et ex vice-président pour l'Europe de Goldman Sachs...

MarioDraghi1

hsbc

Autre "bankster", Lloyd Blankfein actuel PDG de Goldman Sachs:

LloydBlankfein_GoldmanSachs

Andrew Liveris, PDG de Dow Chemical Company, l'un des plus gros pollueur de la planète :

AndrewLiveris

314726_474219582637617_594178982_n

Dennis Nally est le PDG de PricewaterhouseCoopers, une multinationale américaine spécialisée dans les audits et l'expertise comptable, autrement dit dans les conseils pour délocaliser, dégraisser le personnel et organiser l'évasion fiscale.

DennisNally4

542605_10200634696367500_1579699386_n1

Autre belle tronche de rapace, Muhtar A. Kent, le PDG de Coca Cola, l'entreprise qui pille les ressources en eau des pays du tiers monde et favorise l'obésité de millions de personnes...

MuhtarAKent

23365_284510108339201_1752948096_n

554497_483570628370754_1894547447_n3

224646_207416935955549_2027382_n9

Egalement présent à Davos, Henry Kissinger, 89 ans, membre de multiples organisations du gouvernement mondial, responsable de crimes de guerre au Viet Nam et au Laos avec le bombardement de populations civiles dans les années 70 quand il était ministre de Nixon, instigateur de l'opération Condor en Amérique du Sud qui a installé des dictatures militaires au pouvoir dans plusieurs pays, dont Pinochet au Chili.

HenryKissinger

b0856f7a

Christine Lagarde, aux anges en entendant la bonne parole libérale...

ChristineLagardeGP

18506_445757495495919_1756990771_n4

Lawrence Summers fut le secrétaire au Trésor (ministre des finances) de Bill Clinton. C'est à lui qu'on doit la complète déréglementation ("libéralisation") du secteur financier, permettant aux banques de faire tout ce qu'elles voulaient, et la suppression du Glass-Steagall Act instauré par Roosevelt suite à la crise de 1929 et qui interdisait aux banques d'être à la fois banques de dépot et "banques d'investissements", autrement dit qui les empêchait de jouer au casino boursier en prenant en otage l'argent des déposants en cas de pertes. Le bon travail de Mr Lawrence a eu pour résultat la crise financière de 2008 et une nouvelle grande dépression qui a mis des millions de personnes à la rue.

PossibiliteEtreHumain3

LawrenceSummers1

L'une de ses déclarations traduit bien son absence totale de scrupules et d'éthique:

"Les pays sous-peuplés d'Afrique sont largement sous-pollués. La qualité de l'air y est d'un niveau inutilement élevé par rapport à Los Angeles ou Mexico. (...) Il faut encourager une migration plus importante des industries polluantes vers les pays les moins avancés et se préoccuper davantage d'un facteur aggravant les risques d'un cancer de la prostate dans un pays où les gens vivent assez vieux pour avoir cette maladie, que dans un autre pays où deux cents enfants sur mille meurent avant d'avoir l'âge de cinq ans.

Le calcul du coût d'une pollution dangereuse pour la santé dépend des profits absorbés par l'accroissement de la morbidité et de la mortalité. De ce point de vue, une certaine dose de pollution devrait exister dans les pays où ce coût est le plus faible, autrement dit où les salaires sont les plus bas. Je pense que la logique économique qui veut que des masses de déchets toxiques soient déversées là où les salaires sont les plus faibles est imparable."

Ou encore à propos du travail des enfants dans les usines en Asie: "Il vaut mieux que les enfants asiatiques travaillent dans les usines textiles plutôt qu'ils se prostituent.Voir tous les rapaces en image  

582518_146453182176108_1834588852_n

 644483_361092670640217_739135441_n

surpopulation

http://www.syti.net/Organisations/Davos2013.html