Comme beaucoup de mères de famille qui travaillent, j’emploie – il faudra bientôt dire j’employais – une dame (désolée pour la parité…) pour m’aider à faire le ménage. Trois heures par semaine, le temps de me donner un sacré coup de main dans la maison. Des heures payées par ce système si commode des chèques emploi service.

Jusqu’ici, pour 12 heures par mois, à raison de 12 euros de l’heure, cela me coûtait donc 144 euros + 79,11 euros (soyons précis) de charges sociales. Je viens, alors que je m’apprêtais à déclarer les sommes dues pour le mois de janvier, de découvrir que les charges s’élèvent dorénavant, pour le même salaire de base, à 119,51 euros exactement. Soit une augmentation d’un peu plus de 50 % ! 

Conséquence ? Je pense que je vais devoir me passer des services de Madame M. Voilà une bonne affaire pour elle et, plus généralement, pour l’emploi. Je ne suis pas sûr que Madame M. vote socialiste aux prochaines élections. Et des Madame M., il va y en avoir ! Certes, rien de spectaculaire. Pas de grande manifestation de la CGT en perspective. Ni de gros titres dans les journaux. Aucune altercation à l’Assemblée. Arnaud Montebourg ne va pas se déguiser en femme de ménage, plumeau – français, bien sûr – en mains. Quelques protestations, rien de plus.

J’ai parfois du mal à comprendre la logique de nos gouvernants. À moins qu’on m’explique que j’exploite Madame M. À moins qu’on ne veuille me pousser vers ce travail au noir pourtant vilipendé. À moins qu’on n’estime – du côté de la rue Solférino comme à Matignon – qu’en employant une personne à domicile, je fasse partie de ces « riches » qu’il s’agit de taxer, j’allais presque dire, d’essorer.

On avait déjà supprimé virtuellement les femmes de ménages et autres « bonnes » comme disaient certains à une autre époque. On les a remplacées par des « techniciennes de surface ». Les socialistes vont réussir à faire encore plus fort : ils vont les supprimer purement et simplement.

Vous me direz qu’on ne compte que 2 849 800 chômeurs indemnisés en France – chiffre officiel… Madame M. risque d’aller grossir ce nombre. Merci pour elle. Pour moi, ce sera juste un peu de travail en plus.

Emmanuelle Duverger

304724_10200432643476304_1419339857_n1

COMMENT BERCY VA NETTOYER LES PROFESSEURS A DOMICILE (entre autres)

Il n'y a pas à dire, à Matignon on a des crétins de tout premier niveau, regardez bien ce mail de Frédérique, professeur de math à domicile: "L'Etat vient de supprimer la cotisation forfaitaire que paient les employeurs par chèque emploi service. Depuis le 1er janvier, ils obligent lesdits employeurs à payer la cotisation sur la base du salaire réel versé, pour un montant de, accrochez-vous bien à votre chaise: 80%.

Mon exemple perso : je suis prof de math physique chimie à domicile depuis 14 ans. Je donne 1h30 de cours par semaine à Anna. Total du mois de janvier: 6 heures de cours. Tarif net de l'heure: 30 euros. Salaire net que je perçois: 180 euros. Ordinairement, la mère d'Anna cotisait (comme tous les parents) sur la base forfaitaire. Elle devait donc payer EN PLUS, comme charges patronales, la somme de 6 euros par heure travaillée.Total mensuel des charges: 36 euros par mois. Total à payer par la mère d'Anna: 216 euros par mois.

Mais ça, c'était AVANT.

Avant hier, la mère d'Anna a failli avoir une crise cardiaque en faisant sa déclaration de mon salaire sur internet.. En effet, la base forfaitaire ayant été supprimée (sans prévenir ni les employeurs ni les employés, notez bien), elle s'est vu prélever, pour les 180 euros qu'elle m'a versés, la bagatelle de ....130 euros de charges. Donc total qu'elle a dû payer pour janvier: 310 euros. (pour 6 heures de cours).

Les associations de travailleurs à domicile (profs, jardiniers, conseils divers, dépannage informatique, etc etc etc) estiment que dans les 4 mois à venir, c'est au minimum 85.000 personnes qui vont venir grossir les rangs du chômage suite à la suppression de la cotisation forfaitaire. En même temps, ces personnes n'auront d'autre choix que de se mettre à continuer leur travail mais au noir, leurs clients ne pouvant assumer de telles charges. De nombreuses petites boîtes de service à domicile devraient également mettre la clef sous la porte. Seules les gros trusts (acadomia...) devraient résister, en baissant encore le salaire de leur profs, et en augmentant encore ce que les parents doivent payer à acadomia (actuellement, en Province, les parents paient dans les 42 euros l'heure de cours en terminale, dont 14 à 15 euros seulement sont reversés au prof). Bref, un énorme scandale en perspective et un boum extraordinaire du travail au noir.

En attendant, moi, je suis dans la mouise....

Quelques liens (ça date d'octobre 2012, mais la plupart d'entre nous n'étions pas au courant: on l'a découvert il y a quelques jours !) Cours de Math ici, Lien 2 ici sur le Cesu et ici Service à la personne".

Et voilà comment prendre encore plus d'argent aux Français... Bravo Mr Hollande, vous êtes en train de mener le pays dans le mur... Et dire qu'on a un prof d'allemand comme premier ministre. Vive le travail au noir, puisque, quand le gouvernement n'encourage pas les délocalisations, il force les Français à travailler au noir. Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com

EDF_et_Cahuzac_31_01_13_2b6d3