Grèce: la justice se met en route contre les responsables de la misère.

1x1.trans Grèce: la justice se met en route contre les responsables de la misère

Les Grecs verront-ils enfin leurs bourreaux traduits devant la justice pour l’enfer dont ils sont victimes depuis 6 ans? On l’espère. En tout cas, la machine judiciaire s’est mise en marche.

La justice grecque a ouvert hier des poursuites contre le président des services statistiques, Andréas Giorgiou, suspecté d’avoir gonflé le déficit public de 2009, ce qui a enfoncé le pays dans la de la dette et la rigueur. Les poursuites pour le crime de « fausse attestation au détriment de l’Etat », et le délit de « violation de devoir », ont été ordonnées par deux  procureurs financiers  à l’issue d’une enquête entamée à l’automne 2011.

 

M. Giorgiou, 51 ans, oh grand hasard de la vie, a travaillé au service statistique du FMI. Il a été accusé en 2011 par une cadre démissionnaire de ses services d’avoir artificiellement gonflé le déficit public grec pour 2009, légitimant ainsi le recours du pays à l’aide financière UE-FMI en contrepartie d’une rigoureuse cure d’austérité, toujours en vigueur.

Le récent mea culpa du FMI quant à ses erreurs de calcul qui ont justifié l’austérité exigée par la Troïka et ce dernier rebondissement,  mettent en lumière l’incompétence et le caractère véritablement mafieux de cette organisation, au service des intérêts des banques et autres entités privées.

L’attitude du FMI et des différerents (ir)responsables et dirigeants grecs relèvent indiscutablement d’un crime économique au regard de l’enfer que vivent les Grecs depuis bientôt six ans et qu’a parfaitement repris « Contrepoints » le 15 janvier dernier.

[...]Commençons par la crise sanitaire immonde vécue par la population. Les hôpitaux n’ont aujourd’hui plus de gants pour leurs employés, ils auscultent les patients sans aucune protection. D’ailleurs on ne vous soigne pas non plus, les hôpitaux n’ont plus de médicaments et les sociétés pharmaceutiques ne les livrent plus car ils ne sont plus assez solvables pour les payer … Les cancéreux quant à eux ne sont plus remboursés qu’à hauteur de 10% par leur mutuelle pour leur traitement, autant dire que peu d’entre eux se soignent. De toute manière, près de 40% des Grecs ne sont plus remboursés car n’ont plus d’assurance maladie. Pourtant, tous ces hôpitaux avaient reçu une évaluation positive sur leur fonctionnement courant 2010, c’est dire à quel point la situation s’est dégradée rapidement. Selon le centre grec de contrôle des maladies dénommé KEELPO, le SIDA se fait de plus en plus présent. En effet nous sommes passés de 507 cas enregistrés en 2008 à 1043 cas durant la période de janvier à octobre 2012, les plus nombreuses victimes étant les utilisateurs de drogues injectables. Pour finir sur ce point, on peut parler du retour de maladies que l’on pensait avoir disparu telles que la malaria, l’explication vient naturellement du fait que la population n’est plus vaccinée.

On peut dénoter des faits assez incroyables se produisant et qui ne sont peu ou pas relevés par les médias français. Par exemple, près de 300 écoles ont dû fermées cette hiver puisque celles-ci n’avaient plus les moyens de chauffer les salles alors que les températures étaient très basses, ainsi l’éducation des enfants ne peut même pas être assurée. C’est l’une des conséquences de l’augmentation des énergies fossiles, mais ce n’est pas la seule. En effet, les grecs se chauffent dorénavant au bois, ainsi certains coupent du bois dans les forêts locales ce qui fait apparaitre d’une part un phénomène de déforestation, et d’autre part une pollution dû à l’apparition d’une brume composée de particules dangereuses pour l’organisme humain. Plus « amusant », le club de football emblématique grec, le Panathinaïkos, ademandé à jouer pendant la journée car le club n’a plus les moyens d’assurer le paiement de sa facture d’électricité ! Le club de Voukefala a même été jusqu’à demander à une maison close de les sponsoriser pour tenter de stabiliser ses finances ! Toujours dans le dément, et c’est sans doute une première dans toute l’histoire de l’ moderne, les services secrets grecs se sont mis en grève pour contester la baisse de leur salaire, du jamais vu !

Deux conséquences principales apparaissent quant à cette situation. La première est à saluer grandement, c’est l’apparition et la résistance du quotidien grec Hot Doc qui donne aux médias européens une belle leçon de journalisme. C’est à eux que l’on doit la fameuse diffusion de la liste Lagarde où, à titre d’exemple, on apprend la corruption de nombreux politiciens grecs comme M.Papandréou dont la mère possède un compte en banque en suisse crédité de 500 millions d’euros, il convient de préciser que ladite mère est âgée de près de 90ans. De même, on a pu voir l’ de nombreux députés des partis Pasok et Nea Demokratia (l’équivalent du PS et de l’UMP) en Suisse. Ce numéro s’est écoulé à près de 100.000 exemplaires. A ce propos, comme à l’époque napoléonienne le gouvernement cherche à interdire la publication de ce journal. La deuxième conséquence, et c’est sans doute le pire élément de ce bilan, se caractérise par la montée en puissance du parti néo nazi l’Aube dorée qui a obtenu lors des dernières élections législatives 21 sièges au Parlement. Salut nazi, croix gammée moderne, thèse raciste, violence ethnique, tout est pourtant réuni pour qu’un tel parti soit au plus bas dans l’opinion publique. Pourtant, il connait un grand succès puisqu’il lutte contre le plan de rigueur imposé par le gouvernement grec et l’immigration illégale mais surtout agit clairement « sur le terrain ». A titre d’exemple, ses adhérents organisent des chasses dans les marchés publics pour trouver les marchands sans autorisation officielle et saccager leur stand. La corruption des partis de gauche et de droite et les conditions de vie très difficile font que ce parti, certes très dure mais actif contrairement aux autres, connait un vif succès dans l’opinion publique.[...]

Rassurez-vous Goldman Sachs prépare l'avenir…

Rappelons aussi que

- le taux de natalité a chuté et que le nombre d’avortements a augmenté de 50% en 2011 pour atteindre 300 000.

- le nombre de suicides a augmenté de 40% depuis le début de la crise

Reste à espérer que justice soit rendue et que bien d’autres responsables soient à l’avenir poursuivis.

Source: Les Echos