Les animaux d’élevage français gavés de soja OGM importé…

Affligeant!! des herbivores qui ne mangent plus d’herbe, des poules qui ne voient jamais la nuit ni un bout de pelouse, des truies qui sont inséminées à des cadences infernales qui voient leurs porcelets castrés, queue coupée et dents sciées à vif, des oies gavées pour les amateurs de foies malades, des vaches laitières atteintes de mammites, les abattoirs qui égorgent les animaux sans aucun respect au nom du rendement, et on reparle de la réintroduction des farines animales pour les porcs et les poulets……où va- t-on….

Une vache devrait manger l'herbe de sa ferme, pas du soja importé !

Presque la moitié des protéines consommées par les élevages français viennent d’Amérique du Sud. Problème : il s’agit pour l’essentiel de soja transgénique, et son cours a plus que doublé cette année.

Attention, danger ! « Nous sommes sur un baril de poudre ! » s’inquiètent la plupart des experts agricoles français. La France importe quasiment la moitié des protéines végétales consommées par ses animaux. Problème : le soja, qui représente l’essentiel de ces importations, a vu son cours doubler ces derniers mois, à plus de 500 dollars la tonne. 

Tout aussi inquiétant : les agriculteurs ne peuvent plus se passer des OGM, puisque la quasi-totalité des importations vient du Brésil et d’Argentine, où le soja génétiquement modifié est la norme.

Comme le souligne Christian Huyghe, directeur scientifique adjoint à l’Institut national de la recherche agronomique, « aujourd’hui, les agriculteurs prennent conscience que le système les expose beaucoup à la volatilité des prix, et que leur autonomie est toute relative ».

Comment en est-on arrivé là ? La France peut-elle reconquérir son indépendance ? Quel serait le prix à payer par les éleveurs et les consommateurs ? Décryptage.

Une alimentation conçue pour doper les rendements

(…)

Au-delà de coûts prohibitifs pour les agriculteurs français s’ils veulent maintenir la performance de leurs élevages, se pose la question de l’opinion publique. « Comment vont réagir les consommateurs quand ils découvriront qu’une bonne partie de leur viande, de leur lait et de leurs oeufs a été produite par des animaux dopés aux OGM ? » s’interroge Michel Boucly.

L’Europe pourrait finir par importer ses volailles

C’est toute l’architecture d’une agriculture productiviste qui serait alors remise en cause. Pour l’instant, l’Europe et la France préfèrent fermer les yeux sur cette question explosive. Tout en sachant qu’à court terme le continent européen est pieds et poings liés.

Que se passerait-il si l’Europe décidait du jour au lendemain de stopper ses importations de soja OGM ?

Dans une récente étude, les experts de la Commission européenne livrent une réponse catastrophiste : le prix de l’alimentation pour les animaux d’élevage bondirait de 600 %. L’année suivant l’arrêt des importations, la production de poulets chuterait de 29 %, et celle de porcs, d’environ 35 %.

D’exportatrice, l’Europe deviendrait importatrice de volailles, avec comme conséquence une hausse des prix et une chute de la consommation de 26%. Reste à savoir qui sera prêt à payer ce prix…

Pour  lire la totalité, cliquer ICI

Un article de Chloé Hecketsweiler, publié par lexpansion.lexpress.fr et relayé par SOS-planete.

lesmoutonsenrages

Des OGM sont déjà dans notre assiette :

Voir l'article

Des OGM peuvent se retrouver dans l'alimentation animale.