Les_dames_de_la_Rochelle_89db7

Une faute politique

Valérie Trierweiler, adepte frénétique de twitter, selon son propre aveu, vient de franchir un pas incroyable, elle a apporté son soutien au concurrent de Ségolène Royale, à savoir le candidat sans étiquette Olivier Falorni.

Tweet_Trierweiler_6bad4La mécanique électorale a fait que seule Ségolène Royale et Olivier Falorni ont accédé au deuxième tour, tous les autres candidats, y compris l’UMP ont été éliminés. Ségolène Royale étant arrivé en tête, son concurrent socialiste désavoué par la direction du parti aurait dû se retirer. Sa haine à l’égard de la Présidente de la Région Poitou Charente est telle qu’il se maintient. Du coup la droite UMP en tête voit là une occasion extraordinaire de faire chuter Ségolène Royale en apportant son soutien à Olivier Falorni.

De toute évidence la bataille va être serrée et tous les appoints comptent dans cette bataille électorale...

La situation était déjà passablement tordue pour le PS, le Premier ministre et la Présidence de la république. Difficile de « gérer » la chute de l’ancienne candidate de la gauche à l’élection présidentielle de 2007 et qui a mené une campagne tambour battant pour François Hollande.

Normal_dominant_12_06_12_c6733

Mais coup de tonnerre à « Dallas » la nouvelle compagne du Président profite de l’occasion pour nuire à celle qu’elle considère curieusement comme sa rivale, elle apporte officiellement son soutien au candidat indépendant : « Courage à Olivier Falorni qui n’a pas démérité, qui se bat aux côtés des rochelais depuis tant d’années dans un engagement désintéressé. »

768374719

Franchement ce n’est pas à l’honneur de la compagne actuelle de François Hollande, cela fait tellement règlement de compte… Elle n’est pas très intelligente. Dans toutes les familles recomposées, on sait de belle lurette, que s’attaquer à l’ex qui a 20 à 25 de compagnonnage et des enfants de surcroit, est suicidaire.

Mais cela pose un problème politique majeur à la majorité socialiste, un tel propos rendu public de cette manière entre les deux tours des élections législatives s’apparente à un coup de poignard dans le dos. Un tel acte en provenance du château lui-même, c’est du jamais vu.

Hollande10_482b8

Bref voilà un bien étrange cadeau fait à l’opposition par le Première dame de France elle même. On en vient presque à regretter Carla Bruni, c’est peu dire.

tweet

Quelles seront les suites ? Difficiles de les prévoir, en tout cas Mme Trierweiler aura beaucoup de mal à sortir en public, elle risque les tomates et les huées, bien méritées.

Auteur de l'article

Pelletier Jean

Cohabitation_03bf6

Voir aussi : normalité