"Seuls les plus petits secrets ont besoin d'être protégés. Les plus gros sont gardés par la crédulité publique."

Teatro, comedia e mascherata.

(Théâtre comédie et mascarade)

Les élections présidentielles françaises de 2012 eurent pour objet de continuer la mise en scène de la fiction démocratique dans notre pays et d'installer durablement le système imposé par les USA qui est fondé sur l'UE, l'Euro et le Dollars. Ces élections s'attachèrent à briser toute union majoritaire comme celle qui avait pu exister en 2005 quand le peuple français avait voté "non" au référendum sur la constitution européenne.

 

Pour ça il fallut jouer La Mascherata (La Mascarade)!

 

Il fallut présenter au bon peuple une fiction que l'on peut voire comme une pièce de théâtre en deux actes. Le scénario en fut habilement concocté par le Grand Auteur d'outre atlantique spécialiste en tous genres de fictions permettant de faire croire aux peuples tout ce qu'il désire faire croire.

Ce scénario nous raconte une histoire dans laquelle un bon peuple peut choisir en toute liberté le meilleur personnage de la pièce parmi ceux présentés au début.

Ce personnage finalement librement choisi et quel qu’il fut arrive toujours à la fin du deuxième acte à vendre au dit peuple après force boniments un avenir qui est invariablement le même et est représenté sous forme d'un tableau intitulé « Le Désastre de la Mondialisation».

Nous sommes dans la comédie italienne et il s'agit d'un scénario à la Goldoni comme dans la pièce «Personnages en quête d'Auteurs » ou l'on ne peut faire la différence entre personnages de fiction dans la fictions et personnages réels dans la fiction.

Une grande liberté est laissé à ces personnages qui peuvent improviser, seule la fin est importante et doit être invariablement la même.

La scène finale doit voir le dernier personnage restant choisi "librement" par le peuple en liesse brandir devant ce même peuple subjugué le tableau de l'avenir qui lui est réservé «Le Désastre de la Mondialisation».

La pièce s'intitule en français La Mascarade, La Mascheretta en italien, elle plonge ses racines dans la tradition italienne de la Comedia dell'arte dont elle emprunte les personnages traditionnels.

Le scénario est fort complexe que n'aurais pas désavoué notre Goldoni, sa compréhension n'est réservé qu'aux spécialistes de ce grand art italien qu'est mascarade.

 

Premier Acte: L'intrigue se noue

 

Deux personnages principaux de bateleurs habiles sont montés chacun sur une estrade et tentent d'attirer vers eux le plus gros d'une clientèle de chalands afin de leur vendre le fameux tableau de l'avenir. Le tableau présenté par chacun d'eux représente la même scène, « Le Désastre de la Mondialisation ».

sarkozy_hollande_caricatures_bodard_blog

Pourtant ces deux bateleurs ne se ressemblent pas, la clientèle auxquelles ils s'adressent chacun ne se ressemble pas et ils n'utilisent pas non plus le même langage.

Chacun brandit bien le fameux tableau mais de loin ceux-ci semblent différents. Pour l'un le fond est rose et raffiné, pour l'autre le fond est bleu et plus frustre.

Description des personnages et de leur rôle:

Personnages principaux, les bateleurs, chacun sur une estrade.

Flamby Pulcinella : 

FRANCOIS_HOLLANDE_PRESIDENTIELLE__CARICATURE_PORTRAIT_DESSIN_BODARD_BOD_BLOG_72

  Flamby Pulcinella,  est doux et gentil tout habillé de rose, il ne ferait pas de mal à une mouche.

On peut observer ses clients s'assemblant autour de son estrade ou il se meut doucement l'air rigolard, ils sont tous aussi calmes que lui. Les hommes sont souvent barbus avec l'air suffisant du Docteur Thomas Diafoirus dans une pièce de Molière, ils devisent doctement, les femmes ont l'air sévère elles portent des lunettes ont voit qu'elles ont l'habitude de commander aux enfants. Ils approuvent sagement les douces paroles de Flamby Pulcinella en hochant du chef.

Ils approuvent tout en faisant la leçon aux passants indifférents, leur expliquant en agitant le doigt doctement, pourquoi acheter «Le Désastre de la Mondialisation » à fond rose est bien et méritoire. Chaque acheteur de tableau est ainsi gratifié d'un « Bon Point » alors que la douce musique du «Chœur des Médias» entonne les louanges du sombre avenir à fond rose.

La foule ainsi grossit autour de l'estrade de notre doux bateleur et les tableaux s'arrachent comme petits pain dans le flon flon joyeux du chœur médiatique dont il apparaîtra qu'il entonnera toujours les louanges de notre Flamby Pulcinella sans discontinuer jusqu'à la scène finale.

Sarko il Capitan :

SARKOZY_CARICATURE_DESSIN_PORTRAIT_PRESIDENTIELLE_BODARD_BOD_BLOG_72

  L'autre personnage a l'air plus inquiétant, il est agité sur son estrade et mouline des bras avec avec son épée de bois, c'est «Sarko il Capitan» le matamore. Il veut faire la guerre à tout le monde pour mieux vendre son tableau du «Désastre de la Mondialisation » pour montrer qu'il est le plus fort.

Les chalands qui s'assemblent autour de son estrade ont l'air tous aussi agités que lui. Ils vocifèrent des insultes envers ceux qu'ils appellent des «bougnoules », à qui ont va faire la guerre et même à des français mais à l'air de «bougnoules» car le Grand Auteur qu'il pense être son maître lui a bien spécifié à lui Sarko il Capitan le matamore qu'il y avait deux civilisations, la bonne et la "bougnoule" et que la "bougnoule" devait être éradiquée de la planète, donc il mouline martialement son épée de bois au dessus de sa tête en roulant des yeux.

Sarko il Capitan le matamore n'est pas seul il est entouré des «spadacini squarcini» chargés des mises en scènes spéciales avec sauce tomate et balles à blanc pour les scénettes qui entrecoupent ses harangues, scénettes ou l'on voit d'affreux et faux terroristes déguisés justement en "bougnoules" assassinant de braves gens.

Il pense comme cela vendre à ses clients à l'air beaucoup moins savant que ceux de son concurrent, le même tableau représentant « Le Désastre de la Mondialisation » mais sur fond bleu et ainsi mériter du Grand Auteur. 

Le premier acte de la pièce met également en scène d'autres personnages qui ne sont pas chargés de vendre au bon peuple quoi que ce soit représentant un quelconque avenir, la n'est pas leur rôle. Leur rôle est de faciliter l'avènement de la scène finale voulue par le Grand Auteur. 

Méluche Pantalone :

MELENCHON_CARICATURE_DESSIN_PORTRAIT_PRESIDENTIELLE_BODARD_BOD_BLOG_72

  L'un est très malin c'est Méluche Pantalone dit le rouge à la verve fracassante.

Il a un rôle bien précis, il doit d'abord rassembler, les pauvres, les malheureux, les mécontents, ceux bien effrayés par les discours guerriers de Sarko il Capitan, en les noyant sous le flot des paroles qu'ils aimes bien entendre et qui sont les seules en mesure de calmer leurs angoisses.

Il leur dit qu'il n'y aura bientôt plus de pauvres et de malheureux, que tous les hommes sont pareils, même les «bougnoules». Il fait chanter la foule des pauvres en chœur qui frappe en cadence dans ses mains : « Il ne faut plus de frontières, tous les hommes sont frères, tra la la la lère », accompagné par la douce musique du chœur médiatique qui aime ce type de chant propre à hypnotiser des pauvres accablés par tant de malheur .

Puis tel un enchanteur avec sa flûte il conduit doucement et subrepticement vers l'estrade de son vieux compère Flamby Pulcinella, les pauvres et les malheureux hypnotisés par tant de belles paroles, mais sans qu'ils puissent s’apercevoir vers ou ils se dirigent.

En même temps, entre deux chants de patronage pour adolescent il fait vociférer par ses pauvres et malheureux des paroles injurieuses envers d'autres pauvres et malheureux ayant malheureusement choisis de suivre plutôt Colombine la Marine sa voisine et néanmoins concurrente. Son truc à Méluche Pantalone à la verve fracassante c'est la lutte des deux F : Frère contre Frère suivant en cela le merveilleux scénario du Grand Auteur.

Ah maintenant présentation de Colombine la Marine la voisine de Méluche Pantalone à la verve fracassante et de son rôle dans cette magnifique mascarade.

 Colombine La Marine :   

                 MARINE_LE_PEN_PRESIDENTIELLE_CARICATURE_BODARD_BLOG___72

C'est un personnage à double face, une espèce de Dr Jekyl et Mr Hyde, en féminin, un théâtre à elle seule.

Elle présente tout d'abord une côté sérieux voir professoral riche en vérités et bonnes paroles pour tous les pauvres et les opprimés, paroles propres à rassembler le bon peuple qui croit voir ici la fin de ses malheurs.

Puis soudain, soudain sans que l'on y prenne gare, elle se transforme en sorcière hargneuse, rouge sang, fustigeant «bougnoules», étrangers, homosexuels, vas nu pieds et pas pareils.

Certains parmi les badauds ne comprennent plus et veulent fuir vers son voisin Méluche Pantalone, d'autres accourent venant de l'estrade ou s'agite furieusement Sarko il Capitan le matamore en entendant le seul discours simple et puissant que leurs capacités limitées peu comprendre.

Alors finalement, des pauvres et des opprimés perdus courant ça et la entre Méluche Pantalone et Colombine la Marine sa voisine, finissent par se mélanger avec les limités du Matamore courants eux, entre Sarko il Capitan et la Marine Colombine, c'est la plus complète confusion et c'est bien la toute la subtilité du merveilleux scénario concocté par le Grand Auteur qui tire les ficelles de ses belles marionnettes.

Et la, au plus fort des cavalcades et des confusion le "Chœur Médiatique" entonne l'air de "L'Extrême Droite". Dans cet air grave et puissant est chanté: "que les clients de Colombines la Marine avec sa cohorte de pauvres et de malheureux, ne sont finalement que des suppôts de l'enfer voulant remettre des juifs dans des chambres à gaz et avec, accomplir d'autres forfaits et horreurs du même type".

L'Arlequin du Bagou :

BAYROU_CARICATURE_PORTRAIT_DESSIN_BODARD_BLOG_PRESIDENTIELLE_72

On peut également citer un autre personnage de moindre importance ne jouant que dans ce premier acte.

Il s'agit de l'Arlequin du Bagou, c'est un personnage aux multiples couleurs, indécis et bégayant il ramasse ça et les des clients un peu de tous les côtés qui traînent de droite et de gauche, comme lui hésitant. Il est chargé après un boniment limité d'emmener les uns vers l'estrade de Flamby Pulcinella et les autres vers Sarko il Capitan.au grès de ses hésitations. Les uns vont finalement acheter « Le Désastre de la Mondialisation à fond rose » et les autres le même à fond bleu, c'est pour cela qu'il est appelé l'Arlequin du Bagou...Suite

Scène finale: Le Duel à mort.

800px_Jean_Leon_Gerome___Duel_After_a_Masquerade_Ball

alain-benajam

Tous les supers croquis viennent de BOD caricatures: http://bodard-caricatures.blogspot.fr/