J’avais à vous dire, avec toute ma dignité de femme et de citoyenne française

Je fais partie de ces personnes qui pensent qu’elles ne peuvent pas changer le monde, mais qu’elles peuvent se changer elle-même. Je fais partie de ces citoyens de France qui se ressentent profondément citoyens du monde et qui œuvrent de toutes leurs forces, pour un réveil de la citoyenneté dans leur pays qu’elles aiment, malgré qu’elles aient les yeux ouverts sur un gouvernement qui ne fait tout simplement plus son travail, précisément œuvrer de toutes ses forces pour faire respecter les droits de l’homme et du citoyen.

Mais qu’est devenue la France ? Mais où est donc sa culture, son identité, son rêve de liberté, d’égalité et de fraternité ? Je me ressens profondément française et j’aime plus que tout ma région, la côte d’azur, car sous le soleil, les douleurs de la vie sont moins douloureuses à porter sur les épaules.

550249_3738068774092_1347324758_3444107_1119837133_n3

La France serait-elle devenue un état cautionnant la quête folle de l’ultralibéralisme qui broie l’individu dans la machine à faire du fric ?

L’argent ne peut-il servir qu’à détruire l’humanité ou se peut-il qu’il y ait, en ces temps de crise mondiale, un sursaut d’humanité collectif, où chacun prendrait conscience qu’il faut que ce système cesse immédiatement ?

Si la prise de conscience collective ne se généralise pas immédiatement, auprès de toutes les instances publiques et privées de ce pays, nous courrons le risque évident, évoqué par les plus grands chercheurs, scientifiques, philosophes, économistes et j’en passe, nous courrons le risque d’aller vers une société où le contrôle sur l’individu mènera à l’éclosion d’une société ultra violente, c’est déjà le cas, mais ça peut être toujours pire.

Je remercie, en cet instant, toutes les personnes qui ont sombré du côté obscure en œuvrant pour le déclin régressif d’une humanité qui oublie tout de sa citoyenneté.

530187_433751153306503_321330681215218_1923682_403281477_n1

Je remercie le gouvernement français, pour cautionner pareille folie, celle de la pulsion carnassière des marchés financiers qui spécule sur le contrôle d’autrui. Ce système est le symptôme pathologique que nous sommes tous malades et en profonde souffrance, pour en arriver là, à ce point de régression identitaire où le gain financier passe avant le respect de la vie humaine.

Et je remercie tous les médias de France de participer à la décadence d’un pays qui aura montré le pire de son humanité, alors que les journalistes et tous les acteurs participants à la diffusion de l’information sont les premiers à être responsable du bon fonctionnement de la libre circulation de la parole et donc de l’expression citoyenne.

Pourquoi ces remerciements ? parce que j’ai pris la décision sans appel que je ne serai plus jamais violente de ma vie, alors maintenant, j’hurle mon indignation de femme française, celle qui vibre au plus profond de mes entrailles, avec respect et dignité, pour acter dans les actes, que je refuse plus longtemps de fermer les yeux sur un système totalement corrompu par l’argent et qui détruit les êtres humains que nous sommes tous.

Je veux me montrer évoluée, en ne montrant personne du doigt, en ne cédant pas à la faiblesse d’incriminer encore un coupable ou des coupables, car en vérité, nous le sommes tous.

Tous coupables d’égoïsme. Tous coupables d’insensibilité à l’autre, car il vaut mieux que se soit l’autre qui souffre que soi. Tous coupables de nous taire et de nous cacher derrière les paillettes de la consommation et du divertissement, actant le déni effroyable d’une société qui court à sa perdition, en reproduisant la figure des trois singes qui n’entend rien, qui ne voit rien et qui ne dit rien. Si le mal doit porter un nom, alors je nomme le mal, le déni est le mal qui ronge l’humanité dans ses vertus profondes.

416853_299501876782363_204743842924834_807156_150243904_n2

L’argent assèche le cœur de l’homme, la conscience révèle le cœur de l’homme. J’en viens à la conclusion solennelle que l’homme a perdu son cœur, son humanité et qu’il lui faut le retrouver sur le champ, où s’en est fini de nous tous.

De nous, de notre humanité, de nos cultures, de notre diversité, de notre authenticité et de nos richesses identitaires.

La situation est dramatique, sombrement dramatique, et si l’on reproche aux enfants de ne pas respecter les règles élémentaires de politesse et d’humilité, c’est tout simplement car ils sont le miroir de la société de consommation, que nous avons tous participé à faire naitre. Une société où les apparences extérieures les plus normalisées, les plus standardisées cachent en réalité, des citoyens qui ont oublié leur citoyenneté et un gouvernement qui a oublié son tout premier rôle de garant du respect des droits de l’homme, en cédant à l’esprit du système économique en place basé sur la toute puissance, le contrôle et la répression citoyenne.

La fin, c’est aujourd’hui, quand est-ce que l’on bâtira demain ? Quand est ce que l’on construira un monde meilleur, basé sur les vertus humaines et non le désir morbide de contrôle et de pouvoir sur tous nos frères et sœurs humains ?

J’aimerai voir de mon vivant, un peuple ayant le désir de se relever, le cœur vaillant, grâce à un état français qui lui rendrait l’espoir qu’il a perdu, en conscientisant l’urgence de la situation actuelle, pour stopper dans l’instant, le désir meurtrier de la machine à broyer l’être humain, dans le seul et unique but d’en faire un esclave nourrissant le système de sa vie, sans avoir la chance en retour, que le système lui offre la chance de se réaliser..Suite

Auteur de l'article

Sand

11inegal