Pour Pécresse, les 500 milliards (600 plutôt) de dette supplémentaire du mandat Sarkozy c’est la faute des pauvres.
Madame Pécresse, cette histoire de dette est bidon. Sur 1727 milliards de dette, les intérêts (depuis 1979, avant, on empruntait à la Banque de France à 0%) représentent 1400 milliards.

SARKO_HUMOUR

Une escroquerie financière pour soumettre les peuples, leur faire renoncer à leurs services publics et  à leur protection sociale, les obliger d’accepter d’être corvéable à merci avec, pour ce qui concerne la France, les Accords compétitivité-emploi.
.marianne2.

La-dette2.jpg