SONNET

Par moi, tous ensemble, tout devient possible,
Karachi, Compiègne, Tapie et moult Truands.
Il faudrait être fou ; Pour croire à l'impossible,
La France d'en Bas, va jeter ce mécréant.


Iniquités Flagrante...


Balkany, Tibéri, Santini, Balladur...
N'ont pas eu à subir les coups de la justice.
C'est une vérité flagrante et injustice.
Les Procureurs, Juges, ne sont pas vraiment durs.


Pasqua, Chirac, Woerth, Tapie, Longuet, Servier,
Ne sont pas des TRUANDS ; Il faut voir leur innocence ?
Irresponsabilité TOTALE et indécence,
Survolant les FAIBLES comme des éperviers.


Mais pour qui est-il donc notre Code Pénal ?
Est-il réellement du fait de nos moult Princes ?
Parfait exemple en Monsieur Dany le Prince,


Dont le sort tortueux lui est plus que fatal !
Ces LOIS pour les UNS et les autres qu'on inculpe.
Et tous ces Pauvres qu'on BAFOUE et émascule.

Auteur : DESCAMINO

De mon amie la plume dans l'kawa :

Je viens de lire cet article. Un déplacement digne d'un temps de guerre. Dire que De Gaulle était venu au même endroit, en voiture décapotable, sans escorte. Oups. L'autre, il se prend sans doute pour si important que tout le monde veut le tuer. Mais on a un autre moyen de s'en débarrasser, il va bientôt le connaître.... la date, c'est le 23 Avril. qu'il en profite bien en attendant !

Sécurité : les dessous de la visite présidentielle en Seine-Maritime

La venue de Nicolas Sarkozy chez Petroplus, près de Rouen, a nécessité pas moins de 600 policiers et gendarmes, deux Falcons 50 et deux hélicoptères... La République ne badine pas avec la sécurité.

Petit Couronne le 24 02 1012Le président Nicolas Sarkozy a annoncé vendredi aux salariés de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne (Seine-Maritime) que le contrat avec Shell permettant une reprise temporaire d'activité était

Le président à son arrivée chez Petroplus, accueilli par le préfet de la Seine-Maritime

ROUEN (Seine-Maritime). Le déplacement de Nicolas Sarkozy vendredi chez Petroplus, à Petit-Couronne (Seine-Maritime), a mobilisé bien des énergies. Dès que la décision a été prise à l'Elysée de cette visite présidentielle en terre normande, il a fallu que l'intendance suive. En quelques heures ainsi, les ordres sont tombés les uns après les autres jeudi en milieu d'après-midi. Emanant d'abord des proches du président en direction du préfet de la Seine-Maritime, Rémi Caron.
Réunion en petit comité dans le bureau du représentant de l'Etat, avec son chef de cabinet, Florence Gouache. Premiers coups de téléphone au directeur de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) puis au patron du groupement de gendarmerie de Seine-Maritime. La sécurité d'un président n'a pas de prix. Il faut éviter coûte que coûte les dérapages. De hauts fonctionnaires de l'Etat, pour l'avoir négligé chez nos voisins de la Manche, ont perdu leur casquette qui de préfet qui de chef de la police.  Alors pour ce voyage de quelques heures de Nicolas Sarkozy en Haute-Normandie, tout à été pensé, réfléchi, minuté dans le moindre détail.

 Plus de 600 hommes sur le pied de guerre

La gendarmerie à dû donc "vider" des brigades territoriales de quelque 135 militaires. Idem, à quelques dizaines d'hommes près, a la police. Trois compagnies de CRS, soit environ 270 hommes, trois pelotons d’une soixantaine d'hommes de la gendarmerie mobile de Mont-Saint-Aignan, ont été réquisitionnés illico. De même que l’équipe cynophile de la gendarmerie maritime qui, avec son chien renifleur d’explosif, a passé certains locaux de la raffinerie au peigne fin le matin même de la visite. Sans oublier aussi une escouade  de motards pour sécuriser le cortège présidentiel et lui ouvrir la route, et tout le dispositif policier habituel mis à la disposition du chef de l'Etat, comme le fameux GSPR (groupe de sécurité de la présidence de la République) ou le service des voyages officiels (VO).

Selon un habitué de ce genre de voyage officiel, ce sont au bas mot plus de six cents membres des forces de sécurité qui étaient sur le pied de guerre vendredi.

Ordre et contre-ordre…

Parfois, il peut y avoir des contretemps, des imprévus. Nicolas Sarkozy et François Baroin, son ministre de l'Economie, étaient attendus par la voie des airs. Le Falcon 50 présidentiel a prévu de se poser autour de 11 heures sur l'aéroport de Rouen-Boos.  Le préfet et ses proches collaborateurs, les patrons de la police et de la gendarmerie, dans leur bel uniforme, sont là sur le tarmac, prêts à accueillir le président-candidat.  Six motards sont là aussi, en rang serré, avec pour mission d'escorter le cortège au plus vite jusqu'à Petit-Couronne, via l'A13 et la Sud 3.

Soudain,  contre-ordre : le chef de l'Etat viendra par la route. Les spécialistes de la sécurité aérienne ont jugé que le plafond était trop bas pour sortir l'avion présidentiel...  Qu'importe. Préfet et collaborateurs claquent des talons et font demi-tour. Direction la raffinerie, c'est un ordre.  Partie de Paris peu avant 11 h 30, la dizaine de voitures du cortège présidentiel (six pour le chef de l'Etat, trois pour son ministre) pointe son nez une heure plus tard devant les grilles de Petroplus. Quelques serrages de mains et la visite peut commencer.

Deux avions et deux hélico prêts à toute éventualité

Entre temps, les deux Falcon 50 réservés à la présidence se sont posés à Rouen-Boos, tandis que deux hélicoptères se positionnaient sur un terrain de fortune à Grand-Couronne, pas loin de la raffinerie. Des précautions au cas où le président de la République aurait dû rejoindre l'Elysée de toute urgence.

Rémy Lebel

66889210

SARKOPOUTINE

Sarkozy ne se différencie pas beaucoup de Poutine dans ses méthodes de campagne électoraliste !

Ceux qui doutaient encore que le "monarque" contrôle les médias, en particulier les chaînes publiques, n’ont plus à le faire, l’évidence est là, chaque jour, chaque heure, chaque minute il n’y en a que pour le candidat-président Sarkozy ! C’est scandaleux et indécent ! Que ce soit les débats, les reportages, TOUTE l’information tourne autour de Sarko !! Étonnez-vous après çà que la campagne des autres semble inexistante, voire « molle » !

Mais cet abus de pouvoir indigne d’un véritable démocrate, Sarkozy l’oligarque sait-il seulement ce que ce mot veut dire, devrait faire l’effet contraire sur les français qui ont pu se montrer naïfs par le passé, mais cette fois les mensonges que le « monarque » ose nous servir sont si énormes, que même les plus décérébrés ne peuvent pas ignorer qu’il les prends pour des cons !

Il faudrait être non seulement stupide mais amnésique pour avaler ces mensonges éhontés dits sans bégayer ! Le seul moment où Sarkozy a bégayé lamentablement c’est quand il a essayé de présenter des excuses pour sa soirée au Fouquet’s, ce vaniteux en fait si peu des excuses, qu’il a manifestement trouvé l’exercice plus que difficile ! Soyez sûrs que si par malheur il est réélu, ce qui serait un véritable malheur pour la France populaire, Sarkozy nous le fera payer jusqu’à l’os ! Il ne pardonnera jamais à la France « d’en bas », celle sans laquelle il ne peut pas être réélu, de l’avoir obligé à s’excuser d’une chose qu’il doit trouver tout à fait naturelle, voire légitime puisqu’il venait d’être élu « président de la République».

Quoiqu’il en soit, plus on avance dans cette campagne, plus on peut mesurer que Sarko a instauré la dictature dans ce pays, une dictature sournoise, insidieuse, masquée mais bien réelle ! Le calcul inique du temps de parole des candidats n’en est qu’une toute petite facette. Voir l’article publié à ce propos ICI )

Il serait curieux de calculer le temps de paroles accordée à Sarkozy sur les chaînes publiques et de le comparer ensuite au temps accordé aux autres, à tous les autres … les « gros » et les « petits » !

Une ultime iniquité qui couronne toutes celles des 5 ans écoulés, au cours desquels on a laissé Sarko aller au-delà du tolérable, comme si personne dans ce pays n’était capable de le remettre dans le rang de la Démocratie,

comme si personne n’était capable de l’empêcher de vendre la France aux banques et aux financiers,

comme si personne n’était capable de l’arrêter de nuire sur notre vie quotidienne par des décisions meurtrières pour les classes moyennes et populaires,

comme si personne n’avait assez de force dans ce pays pour obliger ce type à se soumettre aux lois de la République au lieu de se mettre, lui et ses amis, au-dessus,

comme si personne n’était capable de l’empêcher de tricher, y compris aux élections, il suffit d’allumer sa télé ou lire son journal !

Certes, des voix s’élèvent ici et là, mais que font les gardiens de l’intégrité républicaine pour obliger Sarkozy à ne pas encombrer les ondes de sa seule image ? Que font ces pseudos « sages » qui devraient nous protéger en neutralisant les actes abusifs d’un président fou d’orgueil qui, comme Poutine, l’autre dictateur parano, considère que les médias sont un outil de campagne à son seul usage ?

Que font-ils ces gardiens de l’ordre républicain ? Sarkozy les aurait-il achetés comme il achète tous ceux qui lui font de l’ombre ?

Doit-on croire qu’en France les hommes et les femmes engagés dans la politique sont tous corruptibles ?

Même en cherchant on n’aperçoit pas de Mandela, pas de Lula, pas de Roberto Lavagna, pas de Rafael Correa, ni aucun de ces hommes qui aiment leur pays davantage que leur propre ambition !

A croire qu’en France il n’y a que des fausses-couches parmi les hommes et les femmes politiques, qui confondent le pouvoir de corrompre avec le pouvoir de gouverner !

Trouvé ICI

73125878