2012 : le Sarkhollande, nouveau pays médiatique...

La presse nous vole éhontémment notre élection. La presse audiovisuelle, d'une part, nous avait montré son visage de fossoyeur de démocratie tout au long du mois de janvier quand le CSA a confirmé l'impression de ce que nous supposions, à savoir un rouleau compresseur des media pour ce nouveau pays qu'est le Sarkhollande avec des radios qui ont impunément donné à ce couple 77 % de leur temps d'antenne pour Europe 1 et France Info par exemple, où France 3 qui n'a accordé que 3 petits pour-cents à François Bayrou en accordant 29 à Hollande et 39 à Sarkozy !, voilà, d'autre part, que nous découvrons que la presse Internet fait infiniment pire n'ayant aucun compte à rendre à un quelconque CSA. Comment vous, SNJ, vous le représentant des journalistes pouvez-vous accepter que nous Français, soyons intoxiqués à n'en plus finir par vos encartés dont la déontologie ne peut accepter un tel déni de justice démocratique ?

Comme l'a montré le CSA il y a eu un matraquage inouï entre le 1er et le 27 janvier pour ce pays anti-républicain du Sarkhollande, et si les chiffres peuvent parler, l'image ci-dessous vaut tous les discours de la terre et ne peut que nous atterrer. 

JPEG - 257.8 ko

Mais s'il y a la quantité pour ce pays qui dénie à notre élection le droit au choix, il y a aussi la qualité. Non seulement le phénomène quantité joue, car en dessous d'un certain seuil vous êtes inaudible, quand en plus les horaires de diffusion ne donnent aucune équivalence réelle en temps quand l'un est en prime time ou en plein JT de 20 h et que l'autre est passé à 2 h 50 du matin !, le contenu des questions, des commentaires ajoutent encore à ce désastre. Un exemple simple. Matthieu Aron, de France Inter, a, avec d'autres, demandé qu'en plus, lors de la seconde période électorale, les petits candidats soient supprimés des radars. Lui-même, avec Le Monde et LCI, a initié une émission de radio, début septembre. Il y eut 36 émissions. Lors de ces 36 émissions 25, 25 furent consacrés à l'UMP et au PS, pour les 11 restantes qui concernent rien moins que 50 % des Français, il y eut trois Europe Ecologie – Les Verts, deux Front National, un Front de Gauche, un Divers Gauche, un Modem, ainsi que les futurs-ex candidats Hervé Morin du Nouveau Centre, Jean-Pierre Chevènement du Mouvement Républicain et Citoyen et Christine Boutin du Parti Chrétien Démocrate. Comme deux des ex-candidats, qui ont toujours représentés moins de 1 % ont appelé à voter Sarkozy nous pouvons donc dire que ce ne sont pas 25 mais 27 émissions sur 36 au pays du Sarkhollande. Comparons un instant EE-LV et le MoDem. Bayrou est entre 11 et 14 % et Joly à moins de 3. Ce qui fait un rapport en défaveur de Bayrou de 1 à 9 ! idem pour le Sarkhollande qui représente 4 fois le score de Bayrou mais 36 fois en nombre d'émissions. Rapport à nouveau 1 à 9 !

Vous donc, journalistes, vous imposez aux Français depuis le mois de septembre sans strictement aucun respect pour la démocratie, un duel factice de deux personnes dont 50 % des Français ne veulent pas. Cela va beaucoup plus loin. Ce temps d'antenne, la qualité positive réservée au Sarkhollande, et le peu de temps, et l'aspect négatif réservés aux autres les étouffent littéralement. Moins ils passent moins ils peuvent s'exprimer et plus ils ont des chances de baisser dans les sondages et plus il baisseront car moins ils auront du temps d'antenne car déjà plus bas. C'est la spirale destructrice dont vous êtes initiateurs et responsables. 

Alors que lundi soir, sur TF1, Bayrou avait une émission très importante d'une heure trente (qui sera compensée par d'autres interventions des autres candidats) à part un article négatif du Figaro, aucun des journaux que je vais citer, aucun à 16 heures n'a parlé de Bayrou. Aucun ! Alors qu'il a suffi que Sarkozy se déplace devant quatre personnes pour avoir quatre articles par journal, qu'il a suffi à Ségolène Royal, massacrée lors des Primaires faut-il le rappeler ?, qu'elle fasse une déclaration pour que cela fasse la une des journaux. Y a-t-il pire ? Oui, Le Monde. Après la sortie de l'information dans Libération, comme quoi Borloo, serait nommé à la tête de Véolia, ce journal de référence ne cite pas moins de 5 réactions du PS y compris celle de Hollande. Marielle de Sarnez était intervenue : pas un mot. Zéro.

Vous, Syndicat National des Journalistes, vous avez un devoir immense, celui de rétablir dans les plus brefs délais la démocratie. En effet, si les media audiovisuels ont un organisme de surveillance, assez peu efficace, mais qui nous permet pour le moins de vérifier les faits, il en est tout autrement de la presse écrite et de la presse Internet. Libération a mis en place un outil fort intéressant. Il s'agit de ce qu'ils appellent les Unités de Visibilité Internet. Ils recueillent auprès de quatre types de sources les articles concernant les candidats : Partis politiques, journalsites, Internautes et autres. 

Vous, SNJ, regardez donc cette copie d'écran prise dans l'après-midi du 21 février 2012. La veille, donc, comme dit plus haut, Bayrou répond pendant une heure et demie à des questions centrales. Ses réponses intéressent évidemment tous les électeurs. Le Pen, ne fait rien de particulier, pas plus Sarkozy ni que Hollande. Et pourtant, cette image nous laisse sans voix.

JPEG - 337.6 ko

Auteur de l'article

Imhotep