Ce pourrait être le slogan de campagne de Sarkozy. Il a enterré la démocratie en passant outre la décision des français de dire non au traité de Lisbonne. On l'a laissé faire. A partir de là, il s'est dit que tout lui était permis. Il s'est donc investi lui-même de tous les pouvoirs après avoir placé au gouvernement un type qui ne sait pas lui dire non. Il s'est ensuite augmenté le salaire de 170 %, s'est commandé un avion présidentiel, coût 259,5 millions d'euros. Chacun de ses déplacements en France coûte dans les 400 000 euros. Des déplacements qui ne servent à rien d'autre qu'à déplacer de l'air, un peu comme les ventilateurs vous voyez, ça déplace de l'air pour faire croire qu'il fait moins chaud, mais la température ne change pas. Sarko, c'est pareil. Il a augmenté la dette de 500 milliards. etc, etc.... des exemples, il y en a des centaines. Aujourd'hui la France n'est plus un Pays démocratique, mais il fait la guerre en son nom partout où il y a des richesses à prendre.

Sarko choisit les journalistes qui vont l'interroger, les questions sont préparées d'avance. Lorsqu'il se déplace, des figurants prennent place à la place du vrai public. Les journaux ne passent que des infos envoyées par l'AFP, donc contrôlées. Les CRS sont envoyés pour nettoyer les manifestations, les manifestants sont pris en vidéos, interpellés, gardé à vue, fichés. A la télé, les animateurs sont priés de ne pas dévier de la ligne de conduite tirée par le gouvernement. Les chansonniers, les comiques sont virés s'ils s'en écartent. Ils ont ordre de diaboliser Marine Le Pen, ridiculiser Poutou, Bayrou ou Mélenchon.  Et d'encenser ceux de l'UMP ou du PS.

La Cour des Comptes affichent le bilan d'un gouvernement qui s'en tape. mais le lendemain, il nous sort des mesures de rétorsion contre le peuple qui déjà crève la dalle. On est mal barrés.

3A