COIN COIN 

Dernier rebondissement dans cette affaire qui dure depuis 1 an déjà. Rappel des faits en bonus.

Woerth risque de laisser quelques plumes dans cette affaires d'hippodrome.

Montage Le Post d'après REUTERS

Woerth risque de laisser quelques plumes dans cette affaires d'hippodrome.

Le 15 juillet dernier, l'ex-ministre du Budget décide de déposer plainte pour diffamation contre le journal satirique. Woerth reproche aux journalistes du palmipède d'avoir écrit que l'hippodrome de Compiègne a été vendu "pour un prix préférentiel et sous-évalué".

Quand le Canard est attaqué, le Canard contre-attaque.

Dans son édition à paraître mercredi 3 août, Le Canard enchaîné ironise en avouant être "terrorisé" et, pour preuve, publie des documents qui prouvent le bien fondé de leurs précédentes révélations. Aïe.

3 documents de 3 hauts-fonctionnaires français sont présentés en page 3. Tous ont la même teneur, tous mettent Eric Woerth en garde sur le prix de l'hippodrome de Compiègne qui "paraît assez faible", voir qui "n'a aucun lien avec la valeur réelle de ces terrains". Des avis que l'ancien ministre n'a absolument pas écouté.

"Trois avis, trois bras d'honneur du ministre du Budget. Si Woerth nous fait vraiment cadeau d'un procès, Le Canard se fera une joie de citer à la barre ces trois hauts fonctionnaires", conclut l'article.

Qui ? Quand ? L'hippodrome de quoi ? Retour sur l'affaire

Rappellez-vous, en juillet 2010, le palmipède accusait Eric Woerth d'avoir bradé l'hippodrome de Compiègne à une société amie. Une revente de 2,5 millions d'euros alors que le terrain était évalué entre 15 et 25 millions d'euros.

6 mois plus tard, soit en janvier 2011, la Cour ouvre une enquête pour "favoritisme et prise illégale d'intérêts" contre l'ancien ministre du Budget.

La justice prend son temps, comme il est coutume de dire. Ce n'est que 4 mois plus tard, en mai, que Woerth est convoqué devant la commission d'instruction de la Cour de justice de la République. Il est entendu en tant que témoin assisté, un statut entre celui de simple témoin et celui de mis en examen.

Entre temps, Eric Woerth nie en bloc, puis accumule des imprécisions voir des mensonges facilement démontés. Finalement, le 15 juillet dernier, il décide de porter plainte contre le Canard enchaîné et le Courrier Picard.

La rédaction du palmipède en rigole encore...

Sources : Le Canard Enchainé