...Veux-tu mon avis ? Le destin, selon moi, n'est rien d'autre que la nature et où qu'elle soit, elle reste ce qu'elle est. Tenter d'en connaître le secret est une quête sans fin qui s'enroule autour du temps. Et ce temps se joue de nous, Paulina. Cela fait sept ans que je suis exilé, et qu'ai-je appris d'autre que je ne savais déjà ? Nous sommes les esclaves de cette reine cruelle, inexorable, que certains appellent Fortune, ou Fatum. Un être humain n'est qu'un vase fragile et le moindre choc peut le briser. Voilà pourquoi il faut se forger une défense aussi imparable que possible. Cette défense, c'est la sagesse...

3307365005 

...Pardonne-moi d'avoir prononcé ce mot, mais la mort fait partie de notre existence. La volonté divine impose à chacun de nous un temps de vie qui lui est propre. Cela n'empêche pas de lutter, comme je le fais, pour que la vie veille la peine d'être vécue, et pour surmonter des épreuves telles que le bannissement...

- Une des épreuves doit-être de vivre ici, sur un caillou, après avoir connu une vie de patricien à Rome ?

Sénèque sourit :

- J'ai vu une certaine commisération dans ton regard lorsque tu as observé la maison, les objets, la rocaille, l'aridité des lieux, non ?

- Pas du tout ! Je pensais seulement à ce que devait être ta vie à Rome...

- Je ne me suis jamais senti lié par la fortune, les honneurs, le succès. Le malheur épargne celui qui ne se laisse pas griser par la prospérité ou l'opulence. Le dénuement n'est pas un mal si l'on a appris à se préserver de ces fléaux destructuers que sont le luxe, la cupidité, et les extravagances qu'ils inspirent. Connais-tu l'histoire d'Apicius, mort il y a quelques années ?

- Non, mon père m'a seulement dit qu'il était un amateur de bonne chère.

- Il était richissime et a dépensé quelques cent millions de sesterces pour assouvir sa gourmandise, chaque orgie lui en coûtait des milliers. Un jour, accablé de dettes, il a voulu pour la première fois faire le compte de ses biens. Il lui restait dix millions. Une fortune pour quiconque, une misère pour lui ! Pourtant il n'a envisagé qu'une seule option, le suicide ! Tu imagines à quel degré de corruption et de stupidité il était parvenu ! En vérité, il faut peu de chose pour l'entretien d'un homme...

La dame du Palatin (Patrick De Carolis)

DSC8098