Christine Lagarde nommée à la présidence du FMI : une mauvaise nouvelle pour les Grecs.

C'est fait, madame Lagarde a été nommée hier soir à la tête du FMI. Et depuis hier soir, on a droit à un concours international de dithyrambe, saluant un parcours exceptionnel, se gaussant de qualités hors du commun, se réjouissant de l'arrivée d'une européenne, française de surcroît, à la tête de la plus contestée des institutions internationales. Bref, les médias, chiens de garde du système, se félicitent qu'une des plus fidèles incarnations du libéralisme arrive à la tête du saint des saints, ce FMI où finalement se décide la politique mondiale.

Dans ce concert de louanges de la "grande presse", celle qui est aux ordres, il n'y a personne ou pesque pour tenter une voix discordante : et si sa nomination n'était pas une bonne chose ? Et je ne veux pas parler ici de l'affaire Tapie qui pourrait la rattraper, non, il ne s'agit là que d'écume, de péripétie sans aucune importance sur le fond. Le vrai problème avec Mme Lagarde vient de ce qu'elle incarne : elle est une néo-libérale invétérée.

Faut-il rappeler qu'en France, en tant que ministre de l'économie, c'est elle qui a mis en place le bouclier fiscal, la loi TEPA sur les heures supplèmentaires. C'est elle qui en 2008 avec Nicolas Sarkozy a débloqué des milliards pour sauver les banques alors que dans le même temps elle n'a rien fait pour soulager le pouvoir d'achat de l'immense majorité des Français qui se prenait la crise en pleine tronche.

Madame Lagarde, c'est la candidate de l'Union Européenne. Celle-là même qui en ce moment est en train d'imposer un plan d'économie drastique à la Grèce, un plan qui ne peut qu'aboutir à une paupérisation de la majorité des Grecs. Christine Lagarde aura pour mission entre autres de faire en sorte que la purge soit bien appliquée aux Grecs. Parce que pour elle et ses amis les puissants, ce qui compte, ce n'est pas le bonheur des Grecs où le redressement de leur pays, non, ce sont les milliards de profit que font miroiter les privatisations massives imposées par l'Europe et le FMI.

Pendant 4 ans elle a été le bras économique de Nicolas Sarkozy. Désormais, elle aura pour mission d'étendre au monde entier cette mission de soumission au marché. Sa nomination est une bien mauvaise nouvelle. Pour les Grecs et pour tous les pays qui un jour seront amenés à avoir des difficultés.

Sur le sujet :

La nomination de MadameLagarde énerve aussi beaucoup Gauche de combat.

Chez : reverdenouveau.canalblog.com/

1728852159