Besoin de personne, pourrait-on chanter. Cocorico ! L'opinion publique se manipule toute seule à présent.

Dans l'affaire DSK, l'opinion publique a été plus prompte que les médias à nous faire le coup du complot ! On rêve. Depuis des mois les médias tentaient de nous faire croire à la potentialité du candidat non déclaré DSK, on nous le vendait comme le Messie alors que le type brille par son absence et n'a jamais fourni une seule ligne d'un éventuel projet pour la France. Oui, on rêve. Des sondages foireux essayaient  d'étayer cette grosse entreprise de manipulation, assurément mise en place par la gauche. Je rappelle que la plupart des journalistes sont de gauche, non pas par idéologie mais par snobisme, tout comme les riches, les intellos, artistes, etc... La gauche n'est pas un concept politique mais une philosophie de bobos parisiens. On en discute le soir autour d'un bon repas dans un resto branché de la capitale où lors d'un des multiples cocktails organisés ça et là pour combler le vide et l'ennui. Une gauche méprisante vis-à-vis du peuple qu'elle considère comme bête, sale et borné. C'est pourquoi cette gauche-là ne s'élèvera jamais contre la loi liberticide de l'Hadopi pas plus que contre les privilèges accordés aux riches, dont elle profite largement. Je connais cette gauche-là, je l'ai suffisamment fréquentée. On ne peut même pas leur en vouloir car ce n'est qu'en en sortant qu'on s'aperçoit du ridicule qui frappe cette communauté de nantis. Bref.

En nous vendant DSK comme l'homme providentiel, les gauchos comptaient bien remonter sur le trône de l'Elysée et récupérer les postes si chers qu'ils occupaient lors du passage de Mittérand. Ils ne cessent de lorgner sur cette UMP ravie, de sa suffisance, bouffie de caviar et de champagne. L'important pour les politiques est de savoir s'ils pourront bien continuer à fréquenter tel et tel cercle "d'amis". On leur rappelle de temps en temps les principes du bon bobo.

Bref. On avait malgré tout résisté à ce tsunami. DSK ne décollait pas dans l'opinion publique, même si on lui battait les oreilles à longueur de journée. La pilule ne passait pas. Et tout à coup, DSK se lâche. mais alors de la manière la plus dégueulasse qui soit. Choking ! Le tsunami est dans les salons parisiens. Comment, comment il a osé ! On n'est pas choqué parce qu'il a "troussé la soubrette", non, d'elle on s'en fout, cela aurait pu être tout aussi bien n'importe qui, n'importe quoi. Et même on fustige cette conne qui a osé ouvrir sa gueule, se plaindre. Oh ! Choking ! Non, DSK a juste osé montrer au grand jour ce qui se passe dans les couloirs des instances politiques, intellectuelles, artistiques. La femme n'est toujours considérée que comme un objet en France. Le harcèlement n'est que de "la drague appuyée". voyons, elles devraient être contentes qu'on les sollicite, cela prouve qu'elles sont baisables, n'est-ce pas !!! Alors si elles se mettent à se plaindre, c'est la fin du Monde. Elles vont toutes devenir féministes, porter pantalon et moustache, hein ! Regardez un peu comme on culpabilise la femme en France. Si elle est violée, c'est qu'elle l'a bien cherché ! Elle avait qu'à se balader en burka !! Ah non, pas la burka !

Et là, tout à coup, l'opinion publique vient à la rescousse de ces pov politiques effondrés, effondrés parce que la soubrette a soulevé le voile sombre posé sur les agissements de ces hommes de pouvoir qui croient que tout leur appartient, même le cul de la crémière. Coup de pied dans la fourmilière, en même temps, la bulle DSK éclate, les gauchos tournent en rond, totalement perdus. Et essaient maladroitement d'accuser la soubrette. Comme personne n'a rien dit quand frédéric Mittérand a avoué trousser les jeunes garçons en Thalïlande, tout est permis en France !

Nous sommes la risée du Monde entier, non seulement à cause du geste ignoble de ce gros dégueulasse, mais aussi à cause de l'opinion publique française devenue tout à coup grande supportrice de DSK, et prête à voter pour lui pour le coup. On croyait que la manipulation DSK n'avait pas eu d'effet ? Et bien si ! On dormait, mais on avait déjà décidé qu'il serait président alors ?

J'ai mal à mon Pays. J'éprouve surtout une grande frayeur en pensant à ces futures élections. Elles sont pourtant essentielles, capitales pour l'avenir de notre Pays mais les français n'ont aucune maturité politique. Ils sont mous comme du beurre au soleil et manipulables à souhait. Il y a la révolution en Espagne. Ils nous disent "levez-vous tous". Mais nous, on est trop mous pour rester debout, gavés comme des vieilles dindes, on roule le croupion pour aller jusqu'à l'auge.On crie à l'intérêt général en ne songeant qu'à sauver son intérêt personnel. Nous avons perdu notre âme.

Cette triste histoire nous met juste en face de ce que nous sommes, pathétiques. Et quand bien même on lui met le nez dans le caca, DSK dit que cela sent la rose.  Et nous aussi. Il clame son innocence dans une lettre poignante écrite à ses amis du FMI, Lettre qui comme par hasard est immédiatement publiée dans les journaux américains. La manipulation continue.  Et nous la nourrissons avec une avidité bestiale. Nous sommes presque aussi en colère que ce pov. Manuel Valls. La France est pathétique. Les avocats de DSK mettent le paquet pour tuer une deuxième fois l'honneur de cette femme.  Et nous les aidons, la morve au nez, nous sommes de vulgaires scélérats. Ils vont la salir jusqu'à ce qu'elle les implore de cesser les coups de fouet. Nous sommes en plein drame, drame de la vie ordinaire, drame d'une société totalement corrompue, aboutissement prévisible d'une époque. Les débuts de siècle ont toujours été ainsi. Il reste à espérer que nous aurons la force et le courage de repartir du bon pied, en mettant en avant la dignité.

Chez plum de cib : http://o-pied-humide.over-blog.com/

dsk_12_b3969

Entrave_e508b