Asia Bibi, une chrétienne condamnée à mort pour “blasphème”

Article de 2010 :

asia_bibi

La justice pakistanaise a estimé qu’Asia Bibi a diffamé le prophète Mahomet il y a plus d’un an.

Comme en Irak, les chrétiens du Pakistan souffrent de persécution. Une femme y a même été condamnée à mort lundi pour avoir blasphémé le prophète Mahomet, rapportent mercredi les quotidiens britanniques Telegraph et Christian Today.

Asia Bibi, 37 ans, est chrétienne et mère de plusieurs enfants. Un jour de juin 2009, alors qu’elle travaille aux champs en compagnie d’autres femmes, un incident survient. Selon les correspondants du Telegraph au Pakistan, on demande à Asia d’aller chercher de l’eau mais quand celle-ci s’exécute, les autres femmes refusent de toucher au liquide qu’elles estiment «impur». S’ensuit une conversation animée autour de la religion. Alors qu’Asia est pressée par ses collègues «de renoncer à sa foi chrétienne et d’embrasser l’Islam», rapporte Christian Today, elle répond «avec ses mots à elle», précise le Pakistan Christian Post.

«Le Pakistan a franchi une limite»

Asia aurait alors fait l’erreur de risquer une comparaison entre Jésus et Mahomet. «Qu’a fait ce dernier pour les hommes quand Jésus s’est sacrifié pour les péchés des hommes ?», lance-t-elle en substance à ses contradictrices, selon Christian Today. Les versions des différents journaux rapportant l’affaire divergent quelque peu sur la suite des évènements. Quoi qu’il en soit, il semble qu’après cette discussion, Asia a été prise à partie par une foule agressive. Elle se réfugié alors auprès de la police qui, sous la pression de la foule, se retourne contre elle en l’arrêtant pour blasphème.

Depuis plus d’un an, Asia a donc été maintenue en détention. Jusqu’à ce jugement du tribunal de Sheikhupura, une ville de la province du Punjab dans le nord du pays, la condamnant lundi à la peine capitale. Au Pakistan, les lois antiblasphème qui existent servent surtout, d’après les associations chrétiennes, à persécuter leur communauté estimée à environ trois millions de personnes.

Aussitôt, plusieurs associations chrétiennes sont montées au créneau. Le Pakistan Christian Congress a demandé au président d’intervenir et appelle à l’abrogation des lois antiblasphème. «Le Pakistan a franchi une limite», a réagi Andy Dipper, directeur exécutif de Release International, qui appelle à la libération d’Asia. D’après le Pakistan Christian, c’est en effet la première fois qu’une femme est condamnée à une telle peine pour ces faits.

Source : Le Figaro , Pakistan Christian Post

Signalé par  Pierre André

Deux pétitions en ligne :

 http://www.petitionpublique.fr/PeticaoAssinada.aspx?pi=P2010N3807

https://www.releaseinternational.org/pages/petition.php

asia_bibi_006

http://www.christianvanneste.fr/2011/04/05/pour-la-liberation-dasia-bibi-lettre-a-alain-juppe/

 

Asia BIBI : le blasphème qui conduit à la mort ?

Asia BIBI, un prénom et un nom celui d'une femme vivant au Pakistan que j'ai découvert dans un reportage diffusé sur France 2 dans le cadre de l'émission ENVOYE SPECIAL. Une femme chrétienne dans un pays à très forte tendance musulmane qui risque la mort car elle aurait commis le blasphème s'en prenant au prophète Mahomet.

Ce billet ne cherche pas à faire le procès ni d'une religion ni même de cette femme.

Il est malheureux tout de même, de voir qu'à notre époque, une femme qui, à un moment donné vivait tranquille et coulait des jours heureux avec sa famille dans un village entourée d'hommes et de femmes de confession musulmane, avec qui tout se passait bien se retrouve dans des geôles, ne pouvant plus voir son avocat, ni même ses filles, dont une est gravement handicapée, mais uniquement son mari qui vient de temps en temps lui donner du lait, des fruits, etc.

Emprisonnée, pour un verre d'eau et soit disant un blasphème, elle risque d'avoir pour châtiment la pendaison.

Tout celà me rappelle l'histoire, l'inquisition, les soit-disant sorcières qui ont dû faire face à des tribunaux religieux, des tortures, mais ont également perdu la vie sur des bûchers.

Au nom de la religion, quelle qu'elle soit du reste, d'un certain blasphème, a-t-on le droit de condamner un individu, souvent pour la plupart des femmes, à la mort.  A mon sens, bien évidemment que non.  Une soit-disant offense mérite-t-elle le châtiment suprême soit de mourir, alors que dans grand nombre de religions, Dieu, Allah ou autres, c'est plutôt la paix, l'amour, etc..ou devrait l'être.

C'est non seulement cette femme Asia BIBI qui souffre mais que dire de sa famille, ses filles, dont une me fait peine, la cadette très handicapée.

Et si les hommes de Dieu, d'Allah, ceux qui s'en réclament, les mollahs pakistanais faisaient preuve d'un peu de clémence, c'est peut-être cette forme d'Islam tolérant que la communauté internationale reconnaîtrait au travers du Coran et pas des fondamentalistes prêts à faire verser le sang, ou supplicier une femme, d'autant plus, au travers de la pendaison.

Béatrice Fuchs

Son mari et ses enfants, dont une fille handicapée, sont eux aussi poursuivis et doivent déménager tous les deux ou trois jours...

11936_asia_bibi_family_cnn_440x260 

Pakistan : Asia Bibi en isolement

Le 26 janvier 2011 - E. S. M. - Asia Bibi, la jeune femme chrétienne condamnée à mort pour blasphème et se trouvant depuis un an et demi dans la prison de Sheikhpura a été placée en isolement. C’est ce qu’apprend l’Agence Fides du mari d’Asia, Ashiq Masih, qui vient de rendre visite à son épouse. Après les menaces reçues et vu le danger qu’Asie court d’être tuée à tout moment, les autorités de la prison, en accord avec les autorités gouvernementales, ont finalement décidé d’accroître les mesures de sécurité et de protection de la jeune femme.

Asia se trouve actuellement seule dans une cellule, gardée à vue par deux gardes alors que deux caméras vidéo la filment 24 heures/24. En outre, la nourriture qui lui est fournie est rigoureusement contrôlée. Pour éviter tout risque d’empoisonnement, les denrées alimentaires lui sont fournies crues et elle a la possibilité de cuisiner par elle-même.
Asia, indique Ashiq à Fides « est encore triste et préoccupée pour ses enfants. Je lui ai dit de s’en remettre à Dieu et que nous faisons tout notre possible pour obtenir sa libération. Je lui ai également parlé du fait que tous les chrétiens et les personnes de bonne volonté au Pakistan prieront pour elle au cours de la Journée de la paix du 30 janvier ».

Selon la Masihi Foundation, qui s’occupe de l’assistance à la famille d’Asia, « la jeune femme jouit aujourd’hui d’une plus grande sécurité mais elle ne sera définitivement sauve que lorsqu’elle pourra quitter le pays ». La Fondation cherche à organiser la visite en prison des enfants d’Asia et se trouve dans l’attente des autorisations nécessaires. Aucune nouveauté en revanche sur le possible transfert de la jeune femme dans une autre prison. Ashiq a enfin défini la manifestation en faveur d’Asia Bibi prévue pour aujourd’hui, 26 janvier, à Rome à l’initiative de la société civile italienne « un bon signal et une espérance surtout pour les jeunes qui peuvent apprendre les valeurs de justice et de tolérance ».

La société civile du Pakistan remercie l’Italie pour son soutien dans le cadre de la campagne anti-blasphème

La société civile du Pakistan « remercie et considère très utile » l’initiative de parlementaires et de la société civile italiens en faveur d’Asia Bibi et de l’abrogation de la loi sur le blasphème. « Nous croyons que des initiatives de ce genre sont précieuses : la mobilisation de l’opinion publique internationale peut servir à faire bouger nos hommes politiques et à offrir soutien et encouragement à la campagne que, malgré toutes les difficultés et les risques, nous menons avec de nombreuses organisations de la société civile pakistanaise » commente pour Fides Mehdi Hasan, Président de la Commission pour les Droits de l’Homme du Pakistan, l’une des associations les plus répandues et les plus enracinées, chef de file de la défense des droits de l’homme et promotrice de la proposition d’abolition de la loi sur le blasphème.

« Toute activité à caractère international ayant pour but de signaler l’abus de cette loi est bienvenue. Aujourd’hui, la loi est utilisée en violation flagrante des droits de l’homme, afin de frapper les minorités religieuses mais également de nombreux citoyens musulmans. Un forum d’organisations pakistanaises en demande l’abolition mais le gouvernement pakistanais, qui aujourd’hui traverse des difficultés de caractère politique et économique, subit l’influence et les pressions des partis religieux. La situation est donc dans une impasse » explique Hasan à Fides.

De nombreux militants musulmans et chrétiens expriment leur remerciement aux parlementaires et à la société civile italiens. Ayub Sajid, chrétien se trouvant à la tête de l’ONG « Organisation pour le Développement et la Paix » affirme à Fides : « Nous sommes heureux de cet appui provenant de l’Italie. Le cas d’Asia Bibi représente une injustice flagrante dans le cadre de laquelle il convient d’élever la voix afin d’obtenir sa libération. La loi sur le blasphème est une question qui touche les droits inaliénables de toute personne et la liberté religieuse. Mais ici, au Pakistan, aujourd’hui, chaque militant des droits de l’homme qui soulève de telles questions risque la vie parce que le fanatisme s’est accru et que l’on peut être tué simplement pour avoir demandé l’abrogation de la loi sur le blasphème ».

La Masihi Foundation, qui s’occupe de la défense légale d’Asia Bibi et apprécie l’initiative italienne, a déclaré à Fides : « Le monde ne tourne pas rond si une pauvre femme, une manœuvre agricole, est mise à mort pour une banale discussion portant sur un verre d’eau. Ce qui s’est passé pour Asia Bibi continue à arriver à d’autres: nous devons nous unir et lutter contre toute forme d’extrémisme et de terrorisme. Nous cherchons à sauver ceux qui sont victimes de la loi sur le blasphème à cause de leur foi. Il est urgent de trouver des formes et des stratégies pour faire pression sur le gouvernement du Pakistan afin qu’il la retire et pour que ce qui est arrivé à Asia ne se produise plus envers d’autres innocents ». (PA)


filles_Asia_bibi 

Les filles d'Asia Bibi

 

Asia Bibi, une chrétienne condamnée à mort pour “blasphème”


A l'attention de S.Exc M. Aneesuddin AHMED, Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire,

On l'a déjà surnommée la «nouvelle Sakineh», en référence à l'Iranienne condamnée à la lapidation pour adultère et complicité d'assassinat de son mari, qui a été sauve de la morte par vos pétitions. Mais à part la condamnation à la peine capitale, le cas d'Asia Bibi n'a rien à voir avec celui de Sakineh. Agée de 37ans, mariée et mère de cinq enfants, Asia Bibi a été condamnée lundi à la pendaison par un tribunal de Nankara, dans la province du Penjab. Le crime de cette paysanne chrétienne? Avoir défendu sa foi face à des voisines musulmanes.

Les faits remontent à juin 2009. Alors qu'Asia Bibi travaille aux champs en compagnie d'autres femmes musulmanes, elle est prise à partie sur sa foi. Ont lui demande d'aller chercher de l'eau mais quand celle-ci s'exécute, les autres femmes refusent de toucher au liquide qu'elles estiment "impur". Les travailleuses l'exhortent alors à renoncer à sa religion et à se tourner vers l'Islam. Asia se défend mais la discussion s'envenime lorsqu'elle compare Jésus au prophète Mahomet, ajoutant que sa religion est "la seule vraie religion". Les femmes crient au blasphème.

Asia aurait alors fait l'erreur de risquer une comparaison entre Jésus et Mahomet. «Qu'a fait ce dernier pour les hommes quand Jésus s'est sacrifié pour les péchés des hommes ?», lance-t-elle en substance à ses contradictrices, selon Christian Today. Les versions des différents journaux rapportant l'affaire divergent quelque peu sur la suite des évènements. Quoi qu'il en soit, il semble qu'après cette discussion, Asia a été prise à partie par une foule agressive. Elle se réfugié alors auprès de la police qui, sous la pression de la foule, se retourne contre elle en l'arrêtant pour blasphème.

Battue, insultée puis dénoncée au mollah du village, Asia Bibi n'échappera pas à la justice. Arrêtée, elle sera poursuivie aux termes du Code pénal pakistanais.

En plus de la peine capitale, Asia Bibi a écopé d'une amende de 800 euros, soit l'équivalent de deux ans et demi de son salaire.
Depuis, plusieurs associations et ONG sont montées au créneau pour dénoncer l'usage abusif de ces lois anti-blasphèmes. C'est une loi obscène prise comme prétexte pour persécuter les autres communautés religieuses. Les minorités en sont souvent victimes", explique-t-il au quotidien britannique.

Depuis plus d'un an, Asia a donc été maintenue en détention. Jusqu'à ce jugement du tribunal de Sheikhupura, une ville de la province du Punjab dans le nord du pays, la condamnant lundi à la peine capitale. Au Pakistan, les lois antiblasphème qui existent servent surtout, d'après les associations chrétiennes, à persécuter leur communauté estimée à environ trois millions de personnes.

Aussitôt, plusieurs associations chrétiennes sont montées au créneau. Le Pakistan Christian Congress a demandé au président d'intervenir et appelle à l'abrogation des lois antiblasphème. «Le Pakistan a franchi une limite», a réagi Andy Dipper, directeur exécutif de Release International, qui appelle à la libération d'Asia. D'après le Pakistan Christian, c'est en effet la première fois qu'une femme est condamnée à une telle peine pour ces faits.
Source : Le Figaro , Pakistan Christian Post

Il est quasiment certain qu'une mobilisation suffisante permettra de la sauver, alors comme pour Sakineh signez cette pétition avec l'espoir que la justice, juste, permettra son salut.


Merci!


Jean Pierre ERBS.

Asia_Bibi