L'autisme de l'état français concernant les Amérindiens de Guyane

Bonjour à vous chers internautes !

Comme Français (et Européen) je m'interroge sur le cynisme de ceux qui gouvernent ce pays, alors qu'ils ont déclaré pour 2011, l'année des "Outre-mer", puisqu'ils multiplient les bourdes et avancent tel un troupeau d'éléphant dans un magasin de porcelaine sur le sujet sensible des "Peuples Premiers".


Prenons quelques exemples édifiants sur une liste non exaustive :

1 - Alors que les représentants des Peuples Amérindiens de Guyane (lire ici !) et les élus de ce département dénoncent le scandale d'une commémoration de cette année des "Outre-Mer" dans le Jardin d'acclimatation parisien au passé de triste mémoire (lire ici), la ministre de l'Outre-mer fait son inauguration en toute bonne conscience.

2 - Alors qu'une élue de Guyane pose une question au gouvernement à l'Assemblée nationale concernant la dramatique situation des Amérindiens qui se suicident les uns après les autres, la ministre des Outre-Mer répond que tout va bien que l'Etat s'en occupe bravement… avec quelques médicaments et envoie une ou deux personnes spécialisées ! En évitant évidemment de répondre sur le fond du sujet et en omettant de reconnaître les vraies causes de ces suicides à répétitions. (lire ici ! le dernier suicide d'un enfant Amérindien de 16 ans le jour de son anniversaire !)

Les causes sont pourtant connues mais on ne veut pas le reconnaître, car cela remettrait entièrement la politique de "colonisation" de l'état français concernant les "Peuples Premiers" dans les départements d'Outre-mer.

Le communiqué de presse du 14 avril 2011 de l'ADER Guyane (organisme d'Actions pour le Développement, l'Education et la Recherche, chargé aussi en Guyane depuis 2009 de la prévention des suicides par la recherche du bien-être des adolescents et jeunes adultes dans les 7 villages Amérindiens du Haut-Maroni) est pourtant très clair et indique que l'on n'arrêtera pas les suicides si l'on ne commence pas en priorité par écouter les revendications des Amérindiens et de leurs représentants traditionnels (les autorités coutumières).

Ces revendications sont pourtant connues depuis plusieurs décennies et l'ADER prévient que ce ne sont pas les quelques dix mesurettes préfectorales qui feront avancer la situation dans le bon sens : "(…) Ne nous leurrons pas, les solutions proposées reposent sur l'illusion entretenue d'une modernité universelle, là où il n'y a qu'une culture dominante et expansionniste. Loin de nous l'idée de rejeter les bienfaits de cette "civilisation", notamment en matière de sansté, ni d'en dénier l'accès aux populations du fleuve. Simplement, si l'une des causes profonde de leur malaise est une perte de l'estime de soi et de sa culture, tout projet impulsé et imposé de l'extérieur, constitue une violence supplémetaire. La revalorisation de leur identité culturelle passera par la reconnaissance de leur expertise et de leurs droit à prendre les décisions concernant leur avenir. La ratification de la Convention 169 de l'Organisation internationale du travail pourrait garantir cela.
Cette "mesure" aurait également une incidence sur le grand absent du "programme" de la Préfecture : l'orpaillage et son cortège de violence… (…)
"
(Télécharger le communiqué complet de l'ADER ici !)

3 - L'incurie de l'Etat français dans les DOM et tout récemment en matière de justice : le constat de deux sénateurs (lire ici !) est édifiant.
Concernant les Améridiens de la Guyane (lire ici) cela prend parfois des allures de Far West et de course au trésor des prédateurs pour s'approprier leurs richesses.
On n'hésite pas à exproprier les Amérindiens et même des villages entiers alors qu'ils vivent depuis des millénaires sur cette terre de Guyane ! Lire ici ! le dernier exemple rapporté par le journal Oka.Mag' de la prochaine expropriation de familles Paykwénéh à Gabaret non loin du pont qui doit relier le Brésil et la Guyane. Comme quoi, la cupidité en fait décidément transpirer beaucoup avec cette forte odeur des pratiques mafieuses !

4 - Etc. On pourrait trouver d'autres exemples…

Il en ressort un constat : La France se contre-fiche de ces "Peuples Premiers".

Pour le cas des Amérindiens de Guyane par exemple, il est vraiment facile de "les rouler dans la farine" en les noyant dans les dédales administratifs.

Pour exemple : Ces dernières années, la justice française avait débouté une organisation amérindienne (La FOAG) qui avait eu le culot de porter plainte contre l'Etat français pour empoisonnement au mercure provoqué par l'orpaillage sur les sols ancestraux Amérindiens. Qu'à cela ne tienne, l'administration judiciaire avait épluché les statuts de cette association et l'avait débouté de sa plainte car ses statuts ne l'autorisait pas pour une telle action en justice !
Souhaitons plus de chance à l'ONAG, la nouvelle organisation améridienne qui va porter plainte contre X pour empoisonnement au mercure. (Lire ici !)

Cette démarche est d'autant plus courageuse, que les Amérindiens ne sont pas des habitués des manigances administratives qui sont la plaie des administrations dans ce pays et dans d'autres. Ils sont donc assez désemparés devant ces situations et préféreraient utiliser des méthodes qui leurs conviendraient mieux pour faire valoir leurs droits "ancestraux" qui leurs ont été extorqués et supprimés depuis la "colonisation" (mettez un autre nom à "colonisation" si ce mot vous dérange, mais la réalité des faits est la même !). Mais dans un soucis de non violence, ils acceptent d'utiliser nos coutumes barbares administratives et judicaires… Ce qui est un réel effort de leur part quand l'on sait qu'ils n'utilisent pas ce genre de mesquineries dans leur quotidien…

Je trouve personnellement énorme que ce soit aux Amérindiens de devoir revendiquer le droit d'avoir des biens fonciers alors qu'ils vivent sur ces terres depuis des millénaires. On reconnait bien là le cynisme des prédateurs occidentaux qui n'ont rien à devoir à personne puisque leurs Droits sont des droits divins sans appels… Lesquels descendants d'Occidentaux nés sur le sol de Guyane considèrent eux aussi ne devoir rien à personne et ne pas rendre ce que leurs ancêtres ont extorqué et pillé parfois par la force aux Amérindiens.

Ceci étant constaté, il est à remarquer que les Amérindiens n'étant pas spécialement stupides, "pardonnent" à leurs prédateurs (cf.: Relire à ce sujet le discours de Félix Tiouka du 9.12.1984 "à l'adresse du gouvernement et du peuple français") dans l'espérance que ceux-ci s'interrogent sur leurs attitudes destructrices et prédatrices.
Mais malheureusement, nous sommes obligés de convenir que la raideur, l'aveuglement, la surdité et la stupidité des représentants qui gouvernent ce pays est de taille et que personne ne s'est élevé pour dénoncer cela.
La France attendant continuellement que les situations soient au paroxysme pour intervenir brutalement et toujours à son avantage.

Si j'avais pourtant un conseil à donner à ceux qui gouvernent ce pays, ce serait ceci :
Plutôt que de fanfaronner en chefs guerriers en intervenant dans les autres pays pour "imposer un certain type de démocratie" (Afganistan, Côte d'Ivoire, Libye, etc.), je leur conseillerais plutôt de regarder dans leur jardin national (et Européen par extension !) pour améliorer l'élan des Droits de l'homme dans ces contrées "coloniales" d'Outre-Mer.

Il est en effet impressionnant de constater que la France, cette nation des Droits de l'Homme, s'est littéralement courbé devant "le veau d'or" (le pillage de la Guyane)  et qu'elle en oublie l'essence même du chemin lumineux de l'élévation des peuples.

La question actuelle est de savoir jusqu'à quand les Amérindiens pourront pardonner à leurs prédateurs.
Après que l'on leur ait pris leur terre, qu'on les ait parqués dans des réserves (ou "zone de protection" si vous préférez ce terme !), qu'on les aient obligés à prendre la nationalité française contre leur gré (comme pour les Wayana…) et que maintenant, comme si cela ne suffisait pas, on les "assassine légalement" en détruisant, défrichant et polluant les zones au mercure où ils survivent (l'orpaillage est autorisé sur le territoire des Wayana et Teko), on feint de s'étonner que ces Peuples Premiers se suicident en cascade…
C'est quand même sacrément hypocrite de la part des Occidentaux me semble-t-il !
Et encore, là, nous ne mentionnons pas la course à l'orpaillage clandestin qui ne cesse de s'amplifier dramatiquement sur leurs espaces de vie.

Si l'on se met ne serait-ce qu'une seconde à leur place et que l'on s'interroge sur ce que l'on ferait soit-même si l'on était dans cette situation, l'on est bien obligé d'admettre que ces "Peuples Premiers" ont une très grande maîtrise de la non violence et que nous devrions en prendre exemple et nous excuser d'avoir une telle attitude parfaitement déloyale et égoïste. C'est tout au moins mon point de vu d'Amérindeuropéen (Européens frère des Amérindiens) !

Et j'ai honte pour ce pays et ce continent européen en constatant que (presque) personne ne leur vient en aide réellement et que l'état français ose proposer à chaque fois des petites mesurettes administratives stupides et inappropriées…

Serait-ce le manque de courage et l'impuissance de ceux qui dirigent ce pays qui les poussent à un tel cynisme ?

Qu'il me soit permis de leur rappeler en cette année de "l'Outre-Mer" que l'humanité avance avec le courage et la volonté d'une vision lumineuse de leurs dirigeants pour l'épanouissement des peuples dont ils ont la charge, et non par la peur, l'avidité de petits gains illusoires (comme l'or !), la cupidité et la médiocrité qui les caractérisent depuis tant de d'années.

Que ces dirigeants ne craignent pas d'offrir les solutions qui conviennent aux peuples et surtout à ceux qui sont en détresse, en tenant compte de leurs aspirations fondamentales quand elles sont bonnes pour les peuples, car il ne peut en ressortir que le meilleur à long terme pour l'humanité.

Là est la quintessence de dirigeants responsables. Savoir écouter les peuples et accepter leurs doléances. Là est le futur de l'humanité. Le reste n'est que guerre et destruction qui font régresser l'âme du monde. Tel est mon point de vue.

Bien à vous et courtoisement !

Votre serviteur Amérindeuropéen de service,
Pierre Sarramagnan-Souchier,
initiateur de la pétition présidentielle
pour "Sauver les 1500 derniers Amérindiens Wayana et Teko de Guyane française".
Site : http://wayana.new.fr/