sheeptv

Le jeu de la mort

J’ai vu ce documentaire il y a un approximativement un an de ça. Lorsque j’ai visionné Le jeu de la mort il y a un an j’ai été choqué de voir à quel point les personnes en générales sont facilement manipulables. Aujourd’hui, je comprends pourquoi. Une des premières choses est que l’homme manque d’empathie, je cite un exemple d’un article du journal LeMonde : « Une expérience a montré que des singes rhésus refusaient, plusieurs jours durant, de tirer sur une chaîne libérant de la nourriture si cette action envoyait une décharge électrique à un compagnon dont ils voyaient les convulsions. Préférant ainsi endurer la faim qu’assister à la souffrance d’un semblable. » Ici dans Le jeu de la mort c’est simplement la pression d’un tiers qui amène 81% des participants à envoyer la décharge létale au comédien. La question est pour quoi, l’être humain est si peu empathique? Je crois que l’être humain est conditionné ainsi depuis un bon moment. Nous vivons dans un monde de compétition, dans un monde où la règle générale est « chacun pour soi! ».

Il ne faut pas généraliser non plus, si l’expérience démontre que 81% des participants ont envoyé la dose létale, il ne faut surtout pas oublier que 19% ne l’ont pas fait. Mais il reste que selon moi la situation est grave. L’être humain perd de son humanité à force d’être lobotomisé par des émissions de télévision stupides, des jeux vidéos violents, des sports violents axés sur la compétition plutôt le simple plaisir de jouer, des vaccins douteux, des additifs alimentaires dangereux, une alimentation qui laisse plus qu’a désiré et j’en passe. Mais bon ce n’est que mon explication et mon opinion, je décris seulement ce que je vois autour de moi. Il y a plein d’autres explications pour expliquer le résultat de cette expérience, mais moi je sens que c’est vraiment une question d’empathie et je crois qu’elle est en voie d’extinction chez l’être humain. Sinon des massacres et des guerres inutiles n’auraient jamais eu lieu dans l’histoire de l’homme, mais ces dernières décennies nous avons battu des records. Car nos dirigeants et leur copains les corporations font tout pour nous diviser pour mieux régner sur nous tous et nous abrutir en occupant notre esprit sur des choses futile (tel que faire la file des heures pour avoir un ipad 2 ou le dernier iphone), alors il est normal que cette partie empathique en nous disparait peu à peu pour laisser place à la méfiance, le mépris et la compétition (exemple classique de compétition futile : mon voisin vient de s’acheter une voiture neuve, il faut absolument j’en ai une plus belle et meilleure pour lui montrer que je suis mieux! Même si je n’en ai pas de besoin). La journée où le peuple reprendra le pouvoir qui lui appartient, il recouvrera enfin sa liberté et sa profonde et authentique joie de vivre dans un monde ou chacun et chacune se dévoueront pour le bonheur de son prochain. J’y crois vraiment. La solution est en nous.

Mise à jour 03/28/2011 : Quelqu’un m’a ouvert les yeux sur LE point principal qui nous amène à obéir aveuglement à des ordres allant à l’encontre de notre vraie nature profonde, voici ce qu’un lecteur, conférencier et ancien psychanalyste m’a écrit suite à un commentaire ou je mentionnais que ce qui m’étonne le plus c’est à quel point l’homme peut mentalement faire abstraction des souffrances d’autrui afin d’obeir au ordres de celui qu’il considère comme ses supérieurs. :

Tu dis que tu es étonné de la hiérarchie, du pouvoir que les « soit disant » supérieurs ont sur nous !

Il s’agit d’un lent et long cheminement qui commence dans notre enfance, on commence à obeïr aux parents, ensuite à l’école, etc. Et si tu rouspète « gare » à toi, lentement s’installe en nous la peur. Car avec la peur, tu peux gouverner sans risque, c’est pour cela qu’il y a la police, etc.

Notre monde est orchestré par des politiques qui nous donnent l’illusion du choix, car à tout moment « eux » peuvent sauter et ils le savent. Par conséquent, ils et elles obeïssent à d’autres gens, etc.

Notre monde doit devenir « une immense autoroute ». Dernière reflexion, puisque tout va finir par « sauter » car ce système qui se « masturbe » sur lui-même est condamné et la question est quand va t-il s’effondre à l’instar de la banqueroute qui nous attend ?

Explications du jeu de la mort :

Le jeu de la mort, est un documentaire qui met en scène une télé-réalité fictive où des concurrents ont le pouvoir d’administrer à des personnes des chocs électriques de plus en plus violents.

Le réalisateur et producteur français Christophe Nick, a reproduit en fait l’expérience scientifique bien connue de Milgram, dans les années 1960.

L’expérience de Milgram est une expérience de psychologie réalisée entre 1960 et 1963 par le psychologue américain Stanley Milgram. Cette expérience cherchait à évaluer le degré d’obéissance d’un individu devant une autorité qu’il juge légitime et à analyser le processus de soumission à l’autorité, notamment quand elle induit des actions qui posent des problèmes de conscience au sujet.

L’expérimentateur (E) amène le sujet (S) à infliger des chocs électriques à un autre participant, l’apprenant (A), qui est en fait un acteur. La majorité des participants continuent à infliger les chocs jusqu’au maximum prévu (450 V) en dépit des plaintes de l’acteur.

Lors des premières expériences menées par Stanley Milgram, 62,5 % (25 sur 40) des sujets menèrent l’expérience à terme en infligeant à trois reprises les électrochocs de 450 volts. Tous les participants acceptèrent le principe annoncé et, éventuellement après encouragement, atteignirent les 135 volts. La moyenne des chocs maximaux (niveaux auxquels s’arrêtèrent les sujets) fut de 360 volts. Toutefois, chaque participant s’était à un moment ou à un autre interrompu pour questionner le professeur. Beaucoup présentaient des signes patents de nervosité extrême et de réticence lors des derniers stades (protestations verbales, rires nerveux, etc.).

Pour Le jeu de la mort au total, 80 personnes ont été invitées à participer à ce qu’on leur a présenté comme étant une émission-pilote de télé-réalité. On leur a dit qu’ils ne gagneraient rien et que l’émission ne serait pas diffusée.
Ainsi, un candidat enfermé dans une pièce doit retenir des associations de mots. Un autre candidat sur le plateau lui pose des questions. Si le premier donne une réponse erronée, le second lui envoie une décharge électrique.

Ça commence à 20 volts et ça monte en puissance à chaque mauvaise réponse.

  • À 80 volts, on entend le premier cri du comédien. Le candidat questionneur ignore totalement qu’il s’agit de voix enregistrées, et que l’autre a depuis longtemps quitté les lieux.
  • À 180 volts, le candidat enfermé prétend que la douleur est devenue insoutenable et qu’il veut arrêter. « Là, je veux arrêter! », hurle-t-il. Mais sous la pression de l’animatrice, plusieurs concurrents continuent.
  • À 320 volts, la voix du comédien annonce qu’il n’en peut plus et qu’il ne répondra plus aux questions.
  • À 380 volts, il n’y plus aucune réaction.

Et malgré toutes leurs réserves, toujours soumis à la pression de l’animatrice, 81 % des candidats continuent d’administrer des décharges jusqu’au maximum de 460 volts

Sur les 80 participants, 16 ont refusé d’obéir aux règles du jeu et ont quitté le studio en cours d’enregistrement. Le documentaire tire tout de même cette conclusion de l’exercice :

Sans contestation possible, on peut organiser la mise à mort d’un individu pour divertissement.
Plusieurs participants ont toutefois affirmé avoir senti qu’il s’agissait d’une fausse émission-pilote. Une femme, qui est sortie en pleurs de l’expérience, s’est même excusée auprès du comédien qu’elle croyait être sa victime.

Pour plus d’informations (sources) :

Expérience de Milgram : http://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9rience_de_Milgram
Le jeu de la mort (documentaire) :  http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Jeu_de_la_mort_(Documentaire)

Des reproductions de l’expérience à travers le monde (en Italie, Jordanie, Allemagne de l’Ouest, Afrique du Sud, Autriche, Espagne et Australie) et à différentes époques (de 1967 à 1985) ont validé les résultats obtenus par Milgram.

En 2006, ABC News a reproduit l’expérience de Milgram et a obtenu des résultats similaires (65 % des hommes et 73 % des femmes ont suivi les instructions jusqu’au bout).
En 2008, Jerry Burger de l’Université de Santa Clara aux États-Unis a reproduit l’expérience en obtenant un taux de 70 % d’obéissance et ces personnes étaient prêtes à aller au-delà de la limite de 150 V si l’expérimentateur le dé

Publié par cequevousdevezsavoir dans Médias de masse

allez_les_moutons_finies_les_vacances

 

serie_moutons_1_559059302