Quand La Moutarde Politicienne Monte au Nez!

Et il y a de quoi ! En l’espace de quelques heures, plusieurs nouvelles dans les domaines aussi variés que l’environnement, les banques ou les impôts, sont venus exciter notre tension artérielle. Revue de détails…

Gaz de Schiste. La dernière des Mohicans de l’écologie à droite près du centre, Corinne Lepage, dénonce une manipulation odieuse de notre beau pouvoir National Sarkoziste.
on peut apprendre ainsi sur le blog « De l’Eau dans le gaz » que le nouveau code minier a été gentiment modifié pour être plus souple vis à vis des futures demandes d’exploitations. Qui a signé ? Lagarde, Fillon, Sarkozy…et Nathalie Kosciusko-Morizet, qui se révèle donc être une aussi magnifique parodie de ministre de l’écologie que son lamentable prédécesseur Jean-Louis Borloo (adepte des Paris Bruxelles en avion…comme Nicolas).
Dernière ce trafic, on voit poindre évidemment les conflits d’intérêts et autres malversations financières issus d’un lobbying intense. Le pays, son sous-sol et ses richesses demeurent ainsi vendu aux plus offrants: GDF Suez, Total et Compagnie…
Quant au Grenelle de l’environnement, il n’est plus qu’un lointain souvenir.

Après les 10 milliards d’euros de bénéfice de Total (vous ne vous ferez plus entuber chez nous par hasard), voici les 8 milliards de BNP Paribas! Record de 2009 battu !
L’astuce est double: d’un côté on presse le citron des PME françaises jusqu’au rachat, de l’autre on spécule sur les matières premières. Peu importe si le petit entrepreneur perd son entreprise ou se suicide. peu importe si à l’autre bout du monde, les émeutes de la faim font rage. La « banque d’un monde qui change »…en pire, fait des bénéfices !


Le National Sarkozisme nous sort, par l’intermédiaire de l’IGS, les erreurs et autres manquements des magistrats concernant Tony Meilhon (l’Affaire de Laetita, à Pornic)
Les médias distillent avec complicité ces bourdes, oublis aux conséquences dramatiques sans, pour le moment, nuancer les propos. Nous avons droit au matraquage du taux d’absentéisme de 32 % simplement édifiant. Sauf que le nombre de personnes en charge de suivre les prévenus en temps « normal » est de 17 pour 3200 inculpés restent bien plus consternant!
Et à votre avis, l’absentéisme ne serait il pas dû à un ras-le-bol (voire des dépressions) devant le peu de moyens et d’estime que les autorités politiques font preuve à l’égard de la Justice…comme des policiers?
Oui il y a eu des erreurs. Oui c’est horrible. Mais le plus dommageable, le plus ignoble ce ne sont pas les gens qui les ont faites, ce sont les gens qui ont laissé faire les circonstances, qui ont laissé un tel niveau de moyens humains, matériels et financiers pour que ce genre d’erreurs gravissimes se produisent, et ce, en toute connaissance de cause.
Michèle Alliot-Marie, Rachida Dati, Sarkozy et consors se sont eux les vrais assassins de Lætitia….un meurtre par négligence et/ou par pur calcul politique.

Finissons par une autre horreur, l’allégement de l’impôt sur la fortune offert par l’UMP à son électorat de privilégiés. S’engouffrant dans la brèche ouverte par Dominique De Villepin concernant la réforme du système fiscal, les Nationalistes Sarkozistes y ont vu l’occasion de relever le seuil des assujettis à cet impôt de 790 000 à 1 millions d’euros… tout en oubliant de réformer l’ensemble, et ce, sur l’autel de la suppression programmée du bouclier fiscal.
« Je n’ai pas été élu pour augmenter les impôts » disait le clown-candidat. La réalité reste plus subtile: « il a été élu pour diminuer ceux de ses amis »

Alors tout cela, ne vous énerve pas, vous ?

Source : cpolitic

j9g6ql91

L'exploitation du gaz de schiste n'est pas prévue que dans le sud :

Lundi 14 Février 2011

ENVIRONNEMENT La Picardie contre le gaz de schiste

 

Le secteur situé au sud de Château-Thierry pourrait devenir le théâtre des premiers forages de prospection pour le gaz et l'huile de schiste. Un procédé qui inquiète.          

La Picardie aura-t-elle son Larzac? La question se pose, alors que le village de Rozoy-Belleval, au sud de Château-Thierry (Aisne), s'attend d'un jour à l'autre, à voir débuter les premiers forages d'exploration du gaz de schiste.

En septembre2009, la société américaine Toreador Energy France SCS, obtient de l'État une autorisation pour six forages dans une zone de 779km² située à la limite de l'Aisne, de la Seine-et-Marne et de la Marne. Objectif: rechercher la présence de gaz et d'huiles de schiste, en vue d'une exploitation ultérieure.

Développée par les Américains et les Canadiens, la technique dite de «fracturation hydraulique» permet d'exploiter des hydrocarbures prisonniers des roches et inaccessibles par forages traditionnels.

Le procédé consiste à injecter sous très haute pression, de l'eau additionnée de produits chimiques particulièrement toxiques, ce qui permet de faire exploser la roche et de libérer le pétrole ou le gaz. Très coûteuse, cette technique pourrait devenir rentable si le prix du baril poursuivait son envolée.

Des effets dévastateurs sur l'environnement

Séduisante en théorie donc - la France, et singulièrement la région parisienne seraient assises sur un petit Koweït! - cette technique a des effets redoutables sur l'environnement, comme en témoignent les retours d'expérience sur les gisements nord-américains.

L'eau utilisée en quantité invraisemblable - jusqu'à20millions de litres par forage- n'est récupérée qu'en partie. Celle qui est polluée par les intrants chimiques reste dans le milieu, rejoint les aquifères, alimente les rivières. Dans certains secteurs, l'eau du robinet est devenue... inflammable.

On a du mal à le croire, mais c'est fortuitement que Château-Thierry a appris que cette zone située au sud de la cité, a été identifiée comme terrain de prospection: «À aucun moment nous n'avons été mis au courant, assure Michaël Gomez, directeur de cabinet du maire. Il y a autour de ce projet une absence totale de transparence. Nous ne savons pas quand débuteront les forages. On sait simplement que les travaux peuvent commencer d'un jour à l'autre avec une simple notification de la préfecture...»

Le projet de Château-Thierry n'est pas un cas d'espèce. Partout, les autorisations ont été accordées, avec un minimum de publicité. Le sous-sol appartenant à l'État, c'est le code minier qui s'applique. Il n'y a ni enquête, ni débat public.

Quant à la société Toreador Energy France SCS, qui a obtenu l'autorisation d'explorer la zone, c'est un modèle de discrétion. Filiale d'un groupe Texan créé dans le sillage d'Halliburton (la société de Dick Cheney, ex-vice-président des États-Unis et grand fauteur de guerre en Irak et en Afghanistan), elle est dirigée par un jeune frère de Patrick Balkany qui mise gros sur l'Hexagone.

«On est en train de sacrifier l'environnement à des considérations purement financières, rappelle François Veillerette, ex-président de Greenpeace France et élu Europe écologie au conseil régional de Picardie. Tout le monde sait que la technique d'exploitation du gaz et du pétrole de schiste est dangereuse. Nous demandons un moratoire!»

Il y a quelques jours, le conseil régional de Picardie a voté, à l'unanimité, une délibération s'opposant à l'exploitation du gaz et des huiles de schiste en Picardie.

Le même jour, Nathalie Kosiusko-Morizet, ministre de l'Environnement, suspendait les demandes d'autorisations en cours. Mais pas celle de Château-Thierry, déjà acquise.

Du coup, la résistance s'organise. Comme sur le plateau du Larzac, autre secteur menacé, un collectif a été créé: «La vallée de la Marne ne doit pas devenir une sorte d'ouest américain avec des paysages mités par les forages», rappelle François Veillerette, tandis que d'autres dénoncent une véritable hérésie.

Car au-delà des effets immédiatement dévastateurs pour l'environnement, l'exploitation du gaz de schiste pose aussi et surtout, la question de la transition énergétique. À un moment où tout le monde s'accordait à dire qu'il est temps d'en finir avec les énergies fossiles.

PHILIPPE FLUCKIGER