Abeille_domestique___genre_Apis_

Le ministère de l’Agriculture a annoncé le renouvellement d’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) pour une durée d’un an du CRUISER 350, insecticide systémique utilisé en enrobage de semences de maïs. Pour la quatrième fois consécutive depuis 2008, cet insecticide va, en effet, bénéficier d’une dérogation d’un an, les AMM étant habituellement accordées pour une période de 10 ans et retirées dès lors que l’innocuité du produit est remise en doute.
Allant en ce sens, l’AFSSA a réfuté le lien de cause à effet entre ce type de produits et la disparition progressive des populations d’abeilles, invoquant des causes multifactorielles. Un plan de surveillance mis en place par le ministère de l’Agriculture a pourtant mis en évidence des cas avérés d’intoxication des abeilles au thiametoxam, la substance active du CRUISER.

« Scandalisée » par cette nouvelle, l’Union Nationale de l’Apiculture Française (UNAF) a décrit cette AMM exceptionnelle d’un an, et renouvelable à l’infini, comme « un artifice juridique scandaleux destiné à contraindre les acteurs de l’Environnement à engager chaque année un nouveau contentieux pour contester l’AMM ». De fait, l’UNAF a déjà dû saisir trois fois le Conseil d’Etat. L’institution a également dénoncé l’attitude duale du ministère de l’Agriculture qui, bien que se disant préoccupé par les importantes mortalités des abeilles, conforte le recours aux insecticides néonicotinoïdes tel que le CRUISER 350. Loin de suivre le même schéma, l’Italie a retiré du marché ces produits phytopharmaceutiques depuis trois ans.

logo_terre