20100116162709_f2e7d126

Au centre du monde...

" On ne peut vraiment aimer que lorsqu'on n'a plus besoin d'être aimé."
Arnaud Desjardins

Nombreux sont ceux qui placent la recherche de l'amour en position centrale dans leur vie, comme si cela pouvait être un but en soi, et que l'amour résoudrait tous les problèmes que jusque-là ils n'ont pas su vaincre...
La recherche de l'amour est rarement une recherche de quelqu'un à aimer, mais bien la recherche de quelqu'un qui nous aime...
Seulement, le raisonnement est erroné, car c'est bien quand on a réussi à s'aimer soi-même, à se sentir suffisamment "aimable", qu'on peut délivrer sans condition ni restriction de l'amour aux autres.
C'est un peu comme quand on vient de faire le plein d'essence, le nombre de stations service sur notre chemin nous importe peu et l'on n'y prête guère attention, puisque de toute façon on sait qu'on possède  suffisamment de carburant pour avancer... par contre, on peut s'arrêter sur le bord de la route, et dépanner ceux qui moins prévoyants ou chanceux, peuvent en avoir besoin...
L'image est rude, mais l'amour fonctionne un peu selon la même logique : on ne peut en donner vraiment que lorsqu'on en possède suffisamment pour soi-même... ou que l'on sent que le partage ne provoquera l'allumage d'aucun voyant d'alarme...

Toutefois cependant, c'est par l'amour reçu qu'on apprend à s'aimer... ou à en douter, et toutes les rencontres de notre vie n'ont d'autres buts, que de nous faire progresser vers ce point de force et d'équilibre, qui consiste à trouver en nous-mêmes notre propre centre de gravité, sans plus avoir besoin que d'autres nous maintiennent dans l'axe, à la force de leurs sentiments ou de leurs bras...
C'est bien en ce sens qu'on prend pour acquis qu'aimer est plus fort que d'être aimé...

Quand on n'a plus à rechercher sa propre reconnaissance par le biais de l'amour et l'approbation que l'on reçoit ou non, on devient libre de soi et de ses choix : on n'a plus besoin du jugement de valeur nécessairement partial que d'autres nous attribuent selon leurs propres critères.
Savoir ce que l'on vaut, sans se surestimer ni se sous estimer, permet de négocier sa place aux jeux de l'amour sur un mode fair-play, sans chercher ni à illusionner ni à mentir, mais d'y être entier sans personnalité de façade ni faux fuyants...
La vérité de l'amour repose toujours sur la sincérité de ceux qui s'y engagent
...

On ne peut aimer vraiment, que lorsqu'on est prêt à recevoir sans se sentir redevable, sans culpabilité... Trop souvent l'amour donné se pose en percepteur, et réclame à l'identique ce qu'il croit dispenser, là où manifestement de savants calculs d'apothicaire faussent toute spontanéité du cœur...
L'amour qui donne en présentant son cœur à une main, et la note dans l'autre, n'est que marchandage de sentiments négociés, et ne conduit jamais à une fin de conte de fées...
Aimer est si naturel pour qui n'en attend que la douceur de l'instant...

Notre besoin d'aimer et d'être aimé sont comme les deux plateaux d'une balance, qui ne s'équilibrent que lorsqu'on a trouvé, en soi, la place et l'espace pour accepter qui l'on est, et qu'on ne s'effraie plus de nos propres reflets sur le miroir du monde...

http://www.justedesmotsquinousressemblent.com

893873_vb

Merci Lo pour ce beau texte...