Un après-midi avec Dieu.

Il était une fois un petit garçon qui voulait rencontrer Dieu. Comme il savait que ce serait un long voyage pour se rendre à Sa maison, il remplit sa valise de bonbons et de six bouteilles de limonade, et il se mit en route.

Trois pâtés de maisons plus loin, il vit une vieille dame. Assise dans le parc, elle fixait quelques pigeons. Le garçon s'assit près d'elle et ouvrir sa valise. Il s'apprêtait à prendre une limonade lorsqu'il remarqua l'air affamé de la vieille dame. Il lui offrit donc un bonbon. Elle accepta avec reconnaissance et lui sourit. Son sourire était si joli que le garçon voulut le voir encore. Il lui offrit donc une limonade. Elle lui sourit de nouveau. Le garçon était ravi !

Ils restèrent ainsi tout l'après-midi à manger et à sourire, sans dire un seul mot.

Lorsque le soir tomba, le garçon se rendit compte qu'il était très fatigué et se leva pour partir. Cependant, au bout de quelques pas à peine, il se retourna, courut vers la vieille dame et la serra dans ses bras. Elle lui fit alors son plus beau sourire.

Peu de temps après, lorsque le garçon franchit la porte de sa maison, son regard joyeux étonna sa mère.

Elle lui demanda : «Qu'as-tu fait aujourd'hui qui te rend si heureux ?»

Il répondit : «J'ai déjeuné avec Dieu». Mais avant que sa mère puisse répondre, il ajouta : «Tu sais, elle a le plus merveilleux des sourires !»

Entretemps, la vieille dame, rayonnante de joie elle aussi, retourna chez elle.

Frappé de l'expression paisible qu'elle arborait, son fils lui demanda : «Mère, qu'as-tu fait aujourd'hui qui te rende si heureuse ?»

Elle répondit : «Au parc, j'ai mangé des bonbons avec Dieu». Mais avant que son fils puisse répondre, elle ajouta : «Tu sais, il est beaucoup plus jeune que je ne le croyais».

Julie A. Manhan

goelands_stvaast_juin_2008_208_fb

Preuves d'amour.

Lorsque j'étais jeune homme, j’ai fait la rencontre d’une femme étonnante : elle était d’une grande beauté et semblait dotée d’une gentillesse à toute épreuve.


Nous nous sommes fréquentés quelque temps et avons rapidement décidés de vivre ensemble.

Tout se passait pour le mieux dans le meilleur des mondes: je me levais le matin pour lui préparer un petit déjeuner, elle me massait le soir avec douceur et nous échangions nos avis sur tout ce qui nous était arrivé dans la journée.

Lorsqu’il nous arrivait d’être séparés, nous nous téléphonions beaucoup. On ne se disait rien d’extraordinaire, seulement que nous nous aimions et que nous avions confiance l’un dans l’autre.

Nous n’avions jamais un mot de colère et il semblait que notre amour dût durer éternellement. Pour la première fois de ma vie, j’accédais au bonheur : un état vécu et conscient.

Rassuré et pleinement satisfait de ma situation, j’ai commencé à me lever plus tard et j’ai rechigné à préparer le petit déjeuner. Le soir, ma compagne avouait être trop fatiguée pour me masser. Lorsque nous rentrions du travail, nous allumions la télé ou nous nous plongions chacun dans un livre, mais aucune parole n’était prononcée.

Bien sûr, je m’apercevais de ce qui se passait, mais je ne doutais pas un instant de la solidité du lien qui nous reliait.

Nous nous étions jurés fidélité et je n’avais pas oublié les mots doux que nous échangions au début de notre relation.

Je me disais:

« Après tout, je n’ai rien à lui prouver, elle sait que je l’aime. Nous deux c’est fait pour durer. »

Un an après le jour de notre rencontre, nous passions davantage de temps avec nos amis respectifs qu’ensemble. Un an et demi après le jour de notre rencontre, nous n’allions plus voir les mêmes films au cinéma. 2 ans après le jour de notre rencontre, nous ne faisions l’amour qu’une fois par mois.

2 ans et 5 jours après notre première rencontre, alors que je rentrais du travail, j’ai trouvé un mot sur la table de la cuisine:

« Nous avons trop parlé et si peu fait. »

Elle était partie, je ne l’ai jamais revue.

Ce fut mon premier véritable chagrin d’amour et ma première leçon valable dans ce domaine.

Ne vous contentez pas de paroles amoureuses, même si elles sont douces à l’oreille.

L’amour ne vit que de preuves et d’actes.

Ne laissez pas le temps vous rattraper et sachez que rien n’est jamais acquis, surtout lorsqu’on vise une relation durable.

Le plus beau en amour, c’est la fidélité, parce que c’est aussi le plus rare et ce qui nous coûte le plus d’efforts. N’abandonnez jamais et vous serez heureux en couple.

p141

 

«L'amour est la seule chose dont on n'a jamais assez. Et la seule qu'on ne donne pas suffisamment.» Henry Millet

 

p1011

 

«Parler avec bonté crée la confiance. Penser avec bonté crée la profondeur. Donner avec bonté crée l'amour.» Lao Tseu

 

p1201

Le moine Thomas Merton disait : "La vie spirituelle n'est rien d'autre que l'amour. On n'aime pas parce qu'on veut faire le bien, ou aider, ou protéger quelqu'un. En agissant ainsi, nous voyons dans le prochain un simple objet, et nous nous voyons nous-même comme des personnes généreuses et sages. Cela n'a rien à voir avec l'amour. Aimer, c'est communier avec l'autre, et découvrir en lui l'étincelle de Dieu." Paulo Coelho