16235_197886402772_196631347772_3121756_2396472_n

Je suis heureuse d'avoir découvert ce blog que je savoure :

http://www.justedesmotsquinousressemblent.com/

Extrait :

Ce que le monde ne connait pas...

" Crois-moi, chaque cœur a ses chagrins secrets, que le monde ne connait pas ; et souvent, nous jugeons qu'un homme est froid alors qu'il est seulement triste."
Henry Wadsworth Longfellow

Il est difficile, en un regard, de mettre à jour la personnalité intime de quelqu'un...
On a toujours des "impressions", mais elles sont un peu légères pour servir de conclusions sur l'appréciation qu'on a d'une personne.
Quand on pense au temps qu'il faut, pour arriver à connaitre une personne suffisamment, baser son jugement sur des impressions parait bien périlleux si l'on veut prétendre à une opinion juste...

Chaque cœur a ses secrets et ses blessures, qui remontent parfois très loin l'horloge du temps, enracinés sous les épaisses couches de protection, avec lesquelles on se couvre au fil de nos saisons, pour supporter la météo de nos jours personnels...
Les chagrins de cœur relèvent du domaine de l'intime, et se dissimulent par douleur ou par pudeur.
Il n'est pas toujours aisé non plus, de prêter oreille pour les recevoir...
Parfois on n'a pas envie de s'impliquer dans le chagrin d'autrui, de peur d'être éclaboussés dans notre joie de vivre peut-être...

J'ai toujours préféré les gens d'aspect un peu "bourru" à ceux qui, tout sucre tout miel, racontent et se racontent à eux aussi leurs vies, et dont on ne sait jamais quand la sincérité est de mise ou quand l'hypocrisie a cours...
Toutefois je ne crois pas que ce soit un choix d'être "bourru" ou "mielleux", c'est plutôt constitutif d'une personnalité, et cette distance mise entre le monde et la personne sert de recul relationnel plus que de véritable barrière...

Il est difficile de traverser une vie sans accroc ni accroche, et de garder le cœur aussi neuf que quand on pointe le bout de son nez ici. Ce qui ne signifie pas néanmoins que le cœur s'use, c'est ça son secret d'ailleurs : malgré les chutes, les plaies et les bosses, il reste partant pour l'aventure quand l'opportunité se présente... et heureusement...
et puis, de nos jours, il est rare que l'on meurt de chagrin...
Il y a plein de chagrins secrets, qui jamais ne suintent et ne suinteront du cœur : c'est notre privilège, ils n'appartiennent qu'à nous, nous sommes entièrement maitres de révéler ou non les affres secrètes de notre sentimentalité, veillons par contre, à ne  pas en devenir esclaves... et à toujours regarder vers l'avant...

S'il peut s'avérer utile de temps à autre d'en faire l'inventaire, les chagrins secrets du cœur ne doivent pas être considérés comme des trophées de guerre qu'on exposerait au plus profond de soi à sa propre condescendance, et tous ceux dont on peut se débarrasser, il ne faut surtout pas les retenir par passéisme désuet et souffreteux ou masochisme sentimental, parce que...
Parce que c'est toujours beau quand on a le cœur qui fonctionne à plein régime en mode action... même si on prend le risque d'agrandir peut-être la collection de nos déceptions...
Qu'on s'engage en amitié ou en amour, c'est toujours en confiance radieuse... si ça n'est pas le cas, il n'y a pas de sincérité. Et s'il n'y a pas de sincérité, le risque de la déception est encore bien plus grand...

La tristesse du cœur est une douleur qui peut physiquement affecter la personne, et jouer à la fois sur son apparence et son comportement, parce qu'il est bien difficile de "paraitre" heureux quand on ne l'est pas...
Et puis à quoi bon d'ailleurs ?...

Alors n'essayons pas de paraitre autre que ce que l'on est, ni de juger sans rien savoir ni comprendre.
C'est nous de toute façon, qui les portons nos "valises", leur contenu ne regarde que nous
...

Aout42008057

Ou encore :

Aime ton prochain comme toi-même ?...

" On a besoin de patience avec tout le monde, mais particulièrement avec soi-même."
Saint François de Sales

La bonté et la générosité s'apprennent d'abord face à soi...
Comment peut-on faire preuve d'indulgence envers les autres, si l'on n'est pas d'abord capables de se confronter à ses propres limitations, et à les accepter ?...
Le "Ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas que l'on te fasse" est stupidement négatif, il est d'urgence à remplacer par un "Fais aux autres et pour les autres ce que tu aimerais que l'on fasse pour toi..."
Ainsi, au lieu de rentrer dans une logique d'interdits, de frustrations et d'efforts, on adopte une attitude de don, d'écoute et d'attention, beaucoup plus propice à l'empathie et à l'harmonie que n'importe quelle injonction à l'allure de mise en garde ou de jugement dernier...

Toutes les théories issues des courants de développement personnel insistent sur cette évidence : c'est en étant en paix avec soi-même que l'on trouve l'équilibre, et que l'on peut s'ouvrir aux autres...
L'auto-jugement et l'auto-censure sont des freins puissants à l'épanouissement de notre vraie nature : rajouter à nos défauts et à nos limitations des coups de bâtons inutiles ne peut pas nous apporter la sérénité dans notre vie. Nous sommes tous des êtres en devenir, qui ne cessons d'évoluer au cours de nos vies : le temps joue en notre faveur, apprenons la patience nécessaire pour couvrir la distance dans les meilleures conditions, et le voyage se peuplera de souvenirs plus enrichissants les uns que les autres...

Je n'ai pas le prétention d'avoir des leçons à donner à qui que ce soit, mais il est des vérités simples qui méritent de circuler, et mes réflexions quotidiennes n'ont d'autres buts que d'inciter chacun à méditer sur le chemin qu'il emprunte...
Si chacun de nous travaillait à trouver sa propre harmonie, au lieu d'évoluer dans un monde comparatif, les relations seraient grandement changées... On ne vit pas pour "devenir", on "est" tous les jours dans un devenir qui s'ancre à chaque instant...

Faire attention à soi n'est pas philosophie nombriliste de l'Ego : être attentif à ne pas se juger plus durement que les autres, savoir se donner le temps d'atteindre ses buts, accepter ses faiblesses, s'aimer malgré les griefs que l'on peut avoir contre certains mécanismes dont nous sommes prisonniers, etc... n'est-ce pas juste une saine hygiène de vie à adopter ?...
S'en vouloir et s'auto-punir, se dévaloriser, se critiquer... sont des comportements auto destructeurs qui ne peuvent en aucun cas nous rendre meilleurs...
Plus nous nous acceptons, plus nous ouvrons nos esprits à la diversité et à la différence...

calendula_3