Ne croyons pas ces gens qui se disent trop pris par les affaires pour s'adonner à l'étude. Ils font les occupés, exagèrent leurs tracas, somme toute se tracassent eux-mêmes. Ma liberté, Lucilius, est pleine et entière : quelque part où je sois, je suis à moi; je ne me livre pas aux choses, je me prête à elles et ne cours pas après des prétextes à gaspiller mon temps. En quelque lieu que je séjourne, je brasse mes réflexions, je rumine en mon esprit une vérité salutaire.

Quand je me donne à mes amis, je ne m'absente pas pour cela de moi-même. Je ne me lisse pas retenir par les personnes avec qui une occasion ou une obligation sociale m'a mis en rapport : j'appartiens exclusivement aux plus vertueux. Où que soit leur patrie, en quelque siècle qu'ils aient vécu, c'est vers eux que je reporte ma pensée*.

Démétrius est la vertu même : je le mène partout avec moi et, laissant les empourprés en plan, je converse avec ce dépenaillé, je l'admire. Car il me faut l'a: j'ai constaté qu'il n'a manque de rien. Tel est en état de mépriser tout; nul n'est en état de tout posséder. Pour se faire riche, le mépris des richesses est la plus courte voie.

Notre Démétrius, lui, vit non comme un homme qui aurait le mépris de tous les biens, mais en homme qui en aurait abandonné aux autres la possession.

Sénèque ( lettres à Lucilius )

* Par la pensée il a commerce avec qui lui plait, notamment avec les philosophes du passé, qui nous frayèrent le chemin de la sagesse, avec les poètes de la Grèce et de Rome, qui ont frappé tant de belles maximes avec tels héros de l'histoire.

Panorama_arcenciel_Mont_Meg

Arc-en-ciel après l'orage :

Composée de trois photographies assemblées, cette image a été réalisée au sommet du Mont St-Joseph au début août 2009, dans des conditions difficiles.  Un froid anormal en cette saison, à se geler les mains, et un vent violent balayaient le sommet.

Parc national du Mont-Mégantic, Québec, Canada