Selon Cayce, l'Atlantide serait l'un des plus anciens lieux où l'homme serait apparu. Ce continent occupait la plus grande partie de l'Atlantique Nord actuel, et ce qui constitue maintenant la côte est faisait partie de sa zone côtière, comme certaine parties de l'Europe. ( Relevons que ce que Cayce révèle au sujet de l'Atlantide n'est jamais contredit, ni par Platon ni par les savants géographes ). A l'époque de la dérive des pôles, quand la Lémurie sombra dans le Pacifique, l'Atlantide possédait une grande avance technologique. Quelques milliers d'années plus tard, un abus des lois naturelles provoqua une catastrophe qui scinda le continent en cinq îles. lors de ce premier cataclysme, la plus grande partie de l'Atlantide s'enfonça dans la mer des Sargasses. La population survivante dégénérait ; voici 11000 ans à peu près, la nature eut un sursaut de rébellion et les dernières îles furent englouties dans le naufrage final. "

1626_fullsize

C'est en novembre 1923, au cours d'une lecture vocationnelle traitant d'une précédente incarnation, que Cayce mentionna pour la première fois l'Atlantide. " Précédemment, l'entité habitait la belle contrée de l'Atla, ou Poseidis, et apporta sa contribution au développement de la plus haute civilisation et des connaissances techniques les plus avancées que l'on ait connues sur terre. cela se passait voici environ 10000 ans avant la venue du Prince de la Paix. "

La description de Cayce diffère quelque peu de celle de Platon. Le grand philosophe indique que la migration des Atlantes prit la forme d'une invasion massive que repoussèrent les forces athéniennes, qui n'auraient vraisemblablement jamais été assez nombreuses pour contenir cette multitude. Plus plausible, l'hypothèse de Cayce parle d'un groupe d'Atlantes qui aurait été repoussé par les Grecs, tandis que d'autres groupes erraient d'île en île, à la recherche d'un nouvel établissement.

La première vague de migration, lors de la deuxième dislocation du continent, fournirait une explication admissible de l'origine des Basques, dont la provenance et la langue demeure mystérieuses. Comme on le sait, les Basques vivent sur les versants français et espagnol des Pyrénées et ils s'y sont installés voici si longtemps que le souvenir de leur mère patrie s'est perdu. " Par la suite, des colons s'établirent dans des pays de race noire ou métisse, et c'est d'eux que descendent les pharaons égyptiens ou la race inca. Ce n'est donc pas un hasard si leurs constructions présentent des similitudes. "

En Egypte, pays essentiellement agricole, ces Atlantes ont été les promoteurs de la médecine, ils ont pratiqué l'embaumement et ont introduit les arts et les méthodes de construction. Ceux qui sont parvenus en Amérique centrale ou au Pérou y ont également propagé leur culture et l'ont peut noter que les autochtones du Pérou embaument et momifient, eux aussi, leurs morts.

Au cours du premier cataclysme, l'activité volcanique et sismique disloqua le continent, dont certaines parties s'affaissèrent, tandis que la mer recouvrait les basses terres. Des îles subsistèrent, séparées par des bras de mer, des golfes, des canaux.

Quand à la catastrophe finale qui engloutit définitivement l'Atlantide dans les flots, elle a été provoquée, selon Cayce, par la suprématie de la technique bravant les lois naturelles. On peut comparer cette destruction à l'impact qu'aurait une puissante bombe atomique sur l'équilibre du globe. Sans doute les Atlantes avaient-ils atteint un stade très avancé de civilisation et ont-ils été les instruments de leur perte. Si l'on en croit Cayce, une utilisation aberrante et acharnée de l'énergie solaire aurait été un facteur de cette débâcle. Et l'on suppose - c'est du moins le point de vue du géologue - que les découvertes techniques étaient suffisamment avancées pour qu'on ait su capter les rayons éthérés ou cosmiques du soleil et s'en servir comme principale source d'énergie.

" On a découvert de très anciennes cartes de la Grèce et de l'Antarctique, où aucune glaciation n'est indiquée. D'après la topographie des montagnes et des vallées, les experts estiment que les cartographies qui ont établi ces cartes ont dû les dessiner à partir d'un engin volant. "

Pour capter la puissance des rayons solaires, Cayce mentionne une pierre de feu dont le pouvoir magique s'apparente sans doute au rayon laser, qui ne fut découvert qu'une trentaine d'années après la mort de Cayce. La description du voyant fait penser à l'énergie qui serait fournie en filtrant les rayons du soleil à travers un rubis. " La pierre agissait sous l'effet des rayons solaires, concentrés à travers un prisme de cristal. Cette énergie s'utilisait pour tous les modes de déplacement tout comme aujourd'hui on peut commander des appareils à distance en utilisant des ondes radios. "

La pierre de feu - ou le rubis à l'époque - était placée dans un grand édifice en coupole dont le toit s'escamotait. Ses puissants rayons pouvaient pénétrer partout ; tout comme le laser, ils pouvaient donner la mort ou constituer une source d'énergie constructive. Malgré tout, il nous est difficile de nous faire une idée claire de ce que nous décrit Cayce : " Ces radiations demeuraient invisibles à l'œil nu, mais leur force d'impulsion était capable de soulever des pierres ; cette énergie propulsait des avions mus par des gaz ou guidait des véhicules de plaisance qui glissaient à la surface du sol, ou des bateaux sous-marins. " Des stations distribuant cette énergie étaient installées sur tout le continent atlante, mais une extension de cette irradiation déclencha la catastrophe. Sans doute, dit Cayce, l'angle de propagation était-il trop élevé, ce qui libéra des rayons nocifs et fit éclater le continent, dont il ne subsista d que des îles. Ce rayonnement néfaste causa finalement la disparition de l'Atlantide. Cayce donne une description détaillée de la pierre, source de toute cette énergie : "Un large cristal cylindrique, taillé en facettes de telle manière que la facette de couverture centralisait toute la puissance qui se concentrait depuis l'extrémité du cylindre jusqu'à la facette de couverture. "

Comme Platon l'a également suggéré, avant ce cataclysme final, les Atlantes avaient perdu le sens des valeurs morales : ayant asservi la nature, tout devait servir à leur agrément, à leur embellissement ou à leur confort. Quand la catastrophe survint, les habitants s'enfuirent vers les montagnes, à travers les vallées, ou s'embarquèrent à destinations de pays lointains : ceux-là seuls survécurent...

Cayce ajoutait, en 1932 : " Ces rayons seront découverts dans les vingt-cinq prochaines années. "

En 1958, en consultant l'Encyclopaedia Britannica, le géologue relevait deux références à de récentes découvertes de ce qu'on pouvait appeler " le rayon de la mort." Depuis une année, les physiciens de l'Université de Californie adonnés à la recherche des avaient réussi à produire des antineutrons. " Avec la découverte des antineutrons, disait l'encyclopédie, on a théoriquement la possibilité de produire une source d'énergie des centaines de fois plus compacte que tout ce qui existe à l'heure actuelle. Les antineutrons peuvent en principe se combiner avec des antiprotons pour fabriquer de l'antimatière. Quand l'antimatière se convertit en énergie, toute sa masse se convertit en énergie, ce qui n'est pas le cas avec la fission nucléaire et les réactions en chaîne, où seule une partie de la masse se trouve enchaînée. "

Pour un profane, cela semble compliqué. " Pas le moins du monde, me rétorque le géologue avec un sourire, le courant d'antineutrons vous traverse et vous vous transformez en une masse d'énergie invisible. " Le processus est irréversible.

Mais il existe encore un autre rayon, qui ressemble davantage à la pierre de feu décrite par Cayce. Sa force de radiation est "obtenue en accumulant de l'énergie sur un petit cristal isolé, doué de propriétés magnétiques spéciales, qui permettent au cristal d'émettre davantage d'énergie qu'il n'en reçoit. " Il s'agit tout simplement du laser. Et l'on a en effet utilisé le rubis, comme Cayce l'indique, en guise de cristal pour transformer la matière en énergie incommensurable, en amplifiant les rayons lumineux du soleil...

Il semblerait même que le voyant ait décrit de façon exacte le climat qui régnait au Yucatan, 10600 avant l'arrivée du Prince de la Paix. Les Atlantes s'étaient réfugiés nombreux au Yucatan qui ne bénéficiait pas alors du même climat qu'aujourd'hui. " Sans être en zone tropicale, ce pays était situé à l'époque dans la zone tempérée. Les grands changements climatiques, qui ont conduits notre globe de la période glacière au climat actuel, se sont produits voici 11000 ans. Un examen des pollens stratifiés, découvert dans la région de Mexico, bien au sud du Yucatan, indique que l'endroit fut autrefois plus froid et plus sec que de nos jours. "...

Edgar Cayce le prophète ( Jess Stearn )

63518481_p