mercredi 30 décembre 2009

seul le savoir qui mène à la sagesse vous apporte le bonheur, et non celui qui mène au pouvoir.

  Amour, Dieu, vie intérieure : Ah, nous avons tout cela en nous : Dieu, le ciel, l'enfer, la terre, la vie, la mort et les siècles. Les circonstances extérieures forment un décor et une action changeants. Mais nous portons tout en nous et les circonstances ne jouent jamais un rôle déterminant : il y aura toujours des situations bonnes ou mauvaises à accepter comme un fait accompli, ce qui n'empêche personne de consacrer sa vie à améliorer les mauvaises. Mais il faut connaître les motifs de la lutte qu'on mène, et commencer... [Lire la suite]
Posté par bichau à 19:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 30 décembre 2009

Aimer est une bonne chose, c'est le critère et l'épreuve ultimes.

Aimer est une bonne chose, car l'amour est difficile. Que deux êtres humains s'aiment, c'est sans doute la chose la plus difficile qui nous incombe, c'est une limite, c'est le critère et l'épreuve ultimes, la tâche en vue de laquelle toutes les autres ne sont que préparation. C'est pourquoi les jeunes, débutants en toutes choses, ne savent pas encore pratiquer l'amour : il faut qu'ils l'apprennent. De tout leur être, de toutes leurs forces concentrées dans leur cœur solitaire, inquiets, dont les battements résonnent, il faut qu'ils... [Lire la suite]
Posté par bichau à 10:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 29 décembre 2009

Un prix Nobel qui prisait les drogues...

Les drogues peuvent changer toute la façon d'être d'une personne. Cela n'est pas forcément mauvais. Toutes les cultures ont leurs drogues, grâce auxquelles le quotidien est embelli et grâce auxquelles les fêtes deviennent plus festives, plus joyeuses, plus cultuelles et peut-être plus sublimes. Les drogues sont bonnes quand on les utilise dans une optique culturelle. Comme utilisateur de drogues expérimenté, on peut citer par exemple le pharmacologue Otto Loewi, qui en 1936 avait reçu le prix Nobel comme découvreur du... [Lire la suite]
Posté par bichau à 18:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
lundi 28 décembre 2009

Une pensée à tous les oubliés de la terre.

C'est Noël chez mes petits-enfants, les cadeaux ne sont heureusement pas tous pour eux ! En ces jours de liesse et d'abondance, je voudrais envoyer mes pensées les plus profondes à tous les oubliés de la terre : ceux qui sont seuls, personnes âgées dans leur maison de retraite ou chez elles, enfants abandonnés en famille d'accueil ou orphelinats, personnes sans domicile ou ayant perdu leurs repères. Enfin, ceux qui, n'ayant pas rencontré l'âme soeur vivent ces fêtes comme une épreuve. Parce que leur amour a été baffoué, qu'il ne... [Lire la suite]
Posté par bichau à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 27 décembre 2009

Un monde sans âme et sans espoir, qu'avons-nous fait de cette terre idyllique ?

Merci à cette inconnue pour ce très beau texte : Qu’avons-nous fait de notre monde ?Cette terre idyllique où les hommes avaient tout pour y être heureux ! Où sont passés, la simplicité, la solidarité, le bon sens, le cœur et le bonheur ? Plus de place pour l’essence pure de la vie !A l’heure du repas, par écrans interposés, des enfants sautent sur des bombes, innocentes victimes de la barbarie humaine. En prenant notre repas, nous les voyons déchiquetés et la vue d’autres enfants squelettiques et à l’agonie, est devenue si... [Lire la suite]
Posté par bichau à 11:59 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 25 décembre 2009

L'amour ne voit pas avec les yeux mais avec l'âme.

Nous sommes conçus pour progresser et non pour prendre nos aises, que ce soit dans les creux de vague ou dans les périodes fastes.   John Gardner
Posté par bichau à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 23 décembre 2009

Annoncer une énormité dont le monde se récrie, la désavouer avec indignation...

Annoncer une énormité dont le monde se récrie, la désavouer avec indignation, jurer ses grands dieux, se déclarer honnête homme, puis, au moment où l'on se rassure et où l'on rit de l'énormité en question, l'exécuter. On est dans son cercle intime ; il laisse entrevoir un projet qui semble, non immoral, on n'y regarde pas de si près, mais insensé et dangereux, et dangereux pour lui-même ; on élève des objections ; il écoute, ne répond pas, cède quelquefois pour deux ou trois jours, puis reprend son dessein, et fait sa volonté. Il y... [Lire la suite]
Posté par bichau à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 23 décembre 2009

Car n'est-il pas juste que l'objet adoré soit toujours plus élevé et toujours au-dessus de l'adorateur.

Adam Lux, Charlotte Corday. Dans la foule qui regardait passer la charrette emportant Marie (Charlotte Corday) vers l'échafaud, se tenait un jeune allemand de vingt huit ans. Docteur en philosophie et en médecine, le garçon était enthousiasmé par les idées nouvelles de Jean-Jacques Rousseau. Il laissait en Allemagne une femme, deux enfants et du bien. Arrivé à Paris au printemps 1792, admis aux honneurs de la séance de la Convention le 30 mars, il assista à la prise des Tuileries et aux massacres de septembre. La déception de ce... [Lire la suite]
Posté par bichau à 14:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 23 décembre 2009

Citations de George Sand et Vincent Van Gogh

"Commettre une faute et ne pas la corriger, c'est la vraie faute." Confucius  "Le bonheur, c'est-à-dire l'acceptation de la vie quelle qu'elle soit.""C'est à nous de déblayer nos nuages.""L'absence et la mort ne diffèrent pas beaucoup donc, on ne se quitte pas, on se perd de vue, mais on sait bien que n'importe où, on se retrouvera."“ La vie est une longue blessure qui s’endort rarement et ne se guérit jamais. ”     George Sand Correspondance, t. VI, p. 807"Lasse de creuser les autres et moi-même, j'ai dit un beau... [Lire la suite]
Posté par bichau à 11:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 23 décembre 2009

La source la plus vivante du progrès de l'esprit humain, c'est la notion de solidarité.

Mon siècle a fait jaillir les étincelles de la vérité qu'il couve ; je les ai vues, et je sais où en sont les foyers principaux, cela me suffit. J'ai cherché jadis la lumière dans des faits de psychologie. C'était absurde. Quand j'ai compris que cette lumière était dans des principes, et que ces principes étaient en moi sans venir de moi, j'ai pu, sans trop d'effort ni de mérite, entrer dans le repos de l'esprit. Celui du cœur ne s'est point fait et ne se fera jamais. Pour ceux qui sont nés compatissant, il y aura toujours à aimer... [Lire la suite]
Posté par bichau à 09:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,